Condamnée à 3 mois de prison ferme, la coiffeuse tombe en syncope

Quand le tribunal des flagrants délits de Dakar a prononcé contre elle une peine de 3 mois de prison ferme, Y. A. N. s'est évanouie.

Collecte d'argent lors d'une tontine

Pour mettre la main sur l'argent de certains de ses contacts, Y. A. N a utilisé une manière déloyale. Cette coiffeuse de profession a créé une tontine fictive en janvier 2023. C'est sur son statut WhatsApp qu'elle a informé ses contacts qu'elle comptait organiser cette tontine. Ayant fixé la cotisation mensuelle à 67.500 FCFA, Mariama Zahra Diagne qui se trouve au Maroc et qui a voulu adhérer a contacté la coiffeuse

Pour ainsi mettre en confiance cette dame, elle lui a confié que la tontine était supervisée par un adjudant du commissariat des Parcelles Assainies. Convaincue par les paroles de cette prévenue, Mariama a adhéré à la tontine en y incluant trois membres de sa famille. Cette victime versait 270.000 F Cfa mensuellement. Arrivée au 11ème mois, Mariama a réclamé sa mise à Y. Astou ainsi que celle de ses trois proches. Mais celle-ci lui a dit que les autres participants de la tontine n'ont pas cotisé alors que ce n'était pas vrai.

Flairant une escroquerie, elle a porté plainte au commissariat des Parcelles Assainies. Yaye Astou Ngom interpellée, les réquisitions des agents enquêteurs ont prouvé qu’elle a fourni à la plaignante une liste de numéros fictifs au moment pour appâter cette dernière. C'est suite à cela qu'elle a été inculpée pour escroquerie.

Attraite hier mardi devant la barre des flagrants délits de Dakar, Yaye Astou a soutenu que la tontine existait. S'il n'a pas restitué à sa victime le montant de 2.970.000 F Cfa qu'elle restait lui devoir, c'est à cause des 11 autres participants qui ont refusé de s'acquitter de leur cotisation après avoir récupéré leur part. faux, indique la partie civile, selon qui la prévenue est une habituée des faits puisque d'autres personnes se sont plaintes auprès du commissariat des Parcelles Assainies de ses agissements illicites.

ADVERTISEMENT

L'avocat de la plaignante, Me Khady Sèye, a réclamé en guise de dédommagement la somme de 3,5 millions F Cfa. Le conseil a expliqué au tribunal qu'il n'y a jamais eu de tontine. Ce qui s'est passé, selon elle, c'est que la mise en cause a fait usage de fausse qualité pour dépouiller la partie civile qui préparait son retour au Sénégal.

Le procureur a requis la peine de 3 mois de prison ferme. La défense quant à elle a quémandé la clémence du tribunal à son endroit. Hélas après que le juge a prononcé la peine de 6 mois de prison dont 3 mois ferme contre Yaye Astou Ngom, celle-ci est tombée en syncope avant d'être évacuée de la salle par les gardes pénitentiaires. Au-delà de cette condamnation, cette coiffeuse demeurant à Ouest-Foire et qui est née en 1996 doit payer la somme de 3,5 millions F Cfa à la partie civile pour son préjudice.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT