Drogue et prostitution : une filière maghrébine démantelée à Mbour

La Section de Recherches de gendarmerie a frappé au cœur de la filière magrébine qui s'adonnait à un trafic de drogue et de proxénétisme à Mbour précisément à Ngaparou.

Prostitution

La Marocaine Samira Zaafor (née le 12 mars 1981 au Maroc), se disant commerçante domiciliée à Fann Hock, Hajar Mssyeh (née le 3 mai 1994 au Maroc), se disant coiffeuse domiciliée à Sandaga, Myriem Migrou (née le 10 avril 1999 au Maroc), étudiant en Médecine demeurant au Plateau, Zahra El Ipidi (née le 28 novembre 1994 au Maroc), se disant restauratrice domiciliée à Fann Hock et Douha El Falleh (née le 8 mars 1995 à Tunis), se disant étudiante domiciliée à Liberté 1 ont été arrêtées en flagrant délit par la Section de Recherches puis déférées au parquet pour trafic de drogue, détention et consommation de drogue, proxénétisme mais aussi défaut de carnet sanitaire pour toutes les filles.

Pendant plusieurs semaine, un infiltré de la Section de Recherches échangeait, via Whatshapp avec la Marocaine Samira Zaafor qui proposait à des riches clients des filles pour 250.000 FCFA à la nuitée et en encaissait les commissions. Elle sera contactée à nouveau par le gendarme qui lui suggère de venir à une soirée avec de la drogue.

C'est dans ces circonstances que Samira s'est rapprochée de sa copine Hajar M. pour passer une commande de 3 grammes de cocaïne auprès du nommé Abdou Aziz N. Après réception du produit nocif, Samira s'est rendue à la fête en compagnie de ses trois compatriotes Hajar M., Myriem M., Zahra A. et de la tunisienne Douha F.

Dès leur arrivée dans la villa, ces dernières ont réclamé leur paie à Samira qui s'est exécutée en leur remettant chacune 250.000 francs. Quelques minutes plus tard, les enquêteurs ont débarqué sur les lieux pour interpeller les cinq mises en cause.

Une fois dans leur cellule de garde à vue, elles seront rejointes par Abdou Aziz N. qui a été alpagué alors qu'il livrait 5g de cocaïne aux hommes en bleu qui lui ont tendu un piège suite à la dénonciation de Samira. Au cours de son interrogatoire, celle-ci a révélé avoir acheté les 3 grammes de cocaïne à 150.000 francs.

Devant le tribunal des flagrants délits de Dakar où ils ont comparu, les prévenus ont réfuté les infractions de proxénétisme, de non inscription au fichier sanitaire, d'offre ou cession de drogue et de complicité dudit délit. Demeurant à Ouakam, Abdou Aziz a remis en cause les déclarations contenues dans le procès-verbal. Le trentenaire a indiqué que les gendarmes l'ont violenté pour qu'il signe le procès-verbal.

Samira a imputé la paternité des 3g de cocaïne à l'agent infiltré. À l'en croire, son premier entretien téléphonique avec ce dernier a eu lieu deux mois, avant la soirée. "Je n'ai jamais vu le Libanais. C'est son chauffeur qui m'a remis l'argent que j'ai versé à mes co-prévenues pour leur frais de déplacement", a-t-elle argué.

Née en 1995 en Tunis, le médecin Douha F. a raconté : "La soirée s'est déroulée dans une grande villa à Ngaparou. Samira nous a fait croire que le Libanais nous a donné les 250.000 francs en guise de cadeau. Les enquêteurs nous ont trouvées dans la piscine en train de discuter. Il n'a jamais été convenu de s'adonner à des relations sexuelles tarifées".

Se disant coiffeuse, Hajar M. a nié avoir dénoncé Abdou Aziz aux pandores. "Abdou Aziz est un ami. À chaque fois qu'on avait besoin de voiture climatisée, on le contactait. Je ne me suis jamais livrée à la prostitution", a lancé Hajar. L'étudiante Myriem M. et la restauratrice Zahra A. ont abondé dans le même sens.

Dans ses réquisitions, le maître des poursuites a sollicité deux ans ferme contre Abdou Aziz et deux mois ferme à l'encontre de Samira. D'après lui, celle-ci avait caché la drogue dans son soutien-gorge quand elle a vu les gendarmes. Pour la répression des quatre présumées péripatéticiennes, le Ministère public a requis un mois avec sursis.

Me Abdy Nar Ndiaye a demandé au tribunal de déclarer irrecevable la procédure.. Au terme des plaidoiries des sept conseils de la défense, le juge a rejeté la demande de liberté provisoire des prévenus et fixé son délibéré au 15 décembre prochain.

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

2 agents de l’assainissement arrêtés, ils ont volé des couvercles d'égout à Petersen

2 agents de l’assainissement arrêtés, ils ont volé des couvercles d'égout à Petersen

Du rififi au barreau de Dakar

Du rififi au barreau de Dakar

Une candidate accouche en plein second tour et décrocher son BAC

Une candidate accouche en plein second tour et décrocher son BAC

15 juillet 2019-15 juillet 2024: 5  ans après, OTD commémoré

15 juillet 2019-15 juillet 2024: 5 ans après, OTD commémoré

Schumacher en couple avec un homme: le message émouvant de son fils

Schumacher en couple avec un homme: le message émouvant de son fils

Un membre des Forces spéciales de la Guinée arrêté  à Dakar

Un membre des Forces spéciales de la Guinée arrêté à Dakar

Mariage de Zeyna Ndour: le cadeau surprise de Viviane à Aby Ndour

Mariage de Zeyna Ndour: le cadeau surprise de Viviane à Aby Ndour

Un maire déféré pour falsification de documents administratifs et...

Un "maire" déféré pour falsification de documents administratifs et...

Les clients boudent les hôtels : le Juub Jubbal Jubbanti fait peur

Les clients boudent les hôtels : le "Juub Jubbal Jubbanti" fait peur