Mbour : la "niarel" se fait avorter clandestinement, le mari cocu la défend devant la barre

Le tribunal de grande instance de Mbour a attrait devant la barre Fatou Bintou Ciss, une femme mariée, pour avortement clandestin. Deuxième épouse de Daouda Sène, la prévenue avait avalé des médicaments qui ont entraîné l’interruption de sa grossesse.

Avortements Medocs

Devant la barre du tribunal de grande instance de Mbour, un mari cocu a su défendre sa deuxième épouse avec éloquence pour la tirer d’affaires. Dans son témoignage, le transporteur a lavé à grande eau sa dulcinée. Daouda Sène dira que son épouse est une femme exemplaire.

«Elle me respecte et me traite très bien. Je n'ai aucun problème avec elle. Je mange bien, elle lave mes habits, elle ne sort pas sans ma permission. Et même quand je sors, c'est elle qui décide des habits que je dois mettre. Même si je ne suis pas à la maison, elle m’appelle toujours au téléphone avant de sortir», a soutenu le transporteur qui roule entre le Mali et le Sénégal. Après ce témoignage, l’assistance murmurait.

Son propos ne laissera pas indifférent le juge qui, d’un ton taquin, a dit à son conseiller qu’il pouvait laisser la défense de la prévenue à son mari. «Me, je pense que vous pouvez ne pas plaider cette affaire puisque son époux le fait si bien fait», dit-il. Fatou B. Ciss a interrompu sa grossesse à son absence. De retour d'un voyage au Mali, Daouda Sène a constaté que son épouse n'était pas en très grande forme. La dame se plaignait d’avoir mal au ventre.

Pour savoir ce qui n’allait pas, il la soumet à un interrogatoire. «Je lui ai demandé si elle avait ses menstrues, elle m'a répondu que non. J'ai alors dit alhamdoulillah car il est fort probable qu’elle soit enceinte. Le lendemain, je l'ai trouvée en train de se tordre de douleur dans la salle de bain. Je l'ai alors conduite au centre de santé de Nguékokh, puis à l'hôpital de Mbour», déclare l’époux. A l’hôpital départemental, les médecins ont constaté que Fatou. B. Ciss venait de subir une interruption de grossesse.

ADVERTISEMENT

Après quelques questions des infirmiers, elle sera alors mise à la disposition de la justice pour une enquête. Devant le juge, la prévenue déclare avoir pris des médicaments que lui a offerts une connaissance. «Sans soupçons, j’ai ingurgité le médicament», a-t-elle fait savoir. Elle jure qu'elle ne savait pas qu'elle était enceinte. «Comment peux-tu affirmer ne pas savoir que tu étais enceinte et en retour assurer que ton amie t’avait remis des médicaments qui t'aideraient à renforcer une grossesse ? Pourquoi avais-tu pris les médicaments si tu n'étais pas enceinte puisque les pilules étaient pour les femmes en état de grossesse?» lui demande le juge.

La seconde épouse de Daouda Sène soutient mordicus qu'elle ne savait pas qu'elle était en état de grossesse et qu'elle avait juste pris les médicaments pour soigner ses douleurs abdominales. Son conseiller juridique, Omar Sène, soutient : «Ma cliente n'avait aucune raison valable d'avorter puisqu'elle est en bons termes avec son mari. Elle a été négligente. Elle a perdu son enfant, elle est plutôt une victime», plaide l’avocat qui a demandé une application bienveillante de la loi. Finalement, la prévenue a été relaxée au bénéfice du doute.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Sébikotane : deux jeunes meurent dans un accident de la circulation

Sébikotane : deux jeunes meurent dans un accident de la circulation

Redressement fiscal : les Impôts réclament 4 milliards aux Turcs de Summa

Redressement fiscal : les Impôts réclament 4 milliards aux Turcs de Summa

Le film de l'agression du prêtre François Diagne

Le film de l'agression du prêtre François Diagne

Papouasie-Nouvelle-Guinée: plus de 2 000 personnes ensevelies dans le glissement de terrain

Papouasie-Nouvelle-Guinée: plus de 2 000 personnes ensevelies dans le glissement de terrain

Attaque armée à Kédougou : plusieurs millions de francs CFA emportés, un jeune malmené

Attaque armée à Kédougou : plusieurs millions de francs CFA emportés, un jeune malmené

Sexe sur internet : un enfant sur huit dans le monde exposé ou exploité (étude)

Sexe sur internet : un enfant sur huit dans le monde exposé ou exploité (étude)

Deux Sénégalais morts en Espagne : le Secrétaire d'État annonce une enquête

Deux Sénégalais morts en Espagne : le Secrétaire d'État annonce une enquête

Union européenne : 30.000 visas accordés aux Sénégalais en 2023

Union européenne : 30.000 visas accordés aux Sénégalais en 2023

Jour de vérité pour Bah Diakhaté et l'imam Cheikh Tidiane Ndao

Jour de vérité pour Bah Diakhaté et l'imam Cheikh Tidiane Ndao

ADVERTISEMENT