Ousmane Sonko : « Je ne serai jamais emprisonné… »

Pour parler de l’affaire Sweet Beauté, le leader de Pastef Les Patriotes n'a pas pris de gants.

Ousmane Sonko PASTEF

.

Ousmane Sonko reparle de l’affaire Adji Sarr qui l’accuse de viols. Il affiche la sérénité dans ce dossier. Pour preuve, Sonko soutient qu'il ne sera jamais emprisonné pour cette affaire présumée de viols.

Il martèle : «Je ne vois pas un juge qui peut m'emprisonner. Et je sais que je ne serai jamais emprisonné à cause de ce dossier. C'est un complot qui était censé aboutir en février 2021, mais ils ont échoué. Devant le défunt juge Samba Sall, je lui ai dit ce complot est orchestré par Macky Sall en premier, le ministre de l'Intérieur et sa femme, Mamour Diallo et le procureur d'alors Serigne Bassirou Guèye».

Pour lui, il n’y aura jamais de mandat de dépôt parce que ce dossier est vide. « C’est juste un complot orchestré par Macky Sall et son ministre de l’Intérieur et sa femme… ». A l’en croire, seules deux possibilités s’offrent au juge: « un non-lieu ou une classification sans suite ».

Il rembobine : « Ce sont les deux possibilités que je vois dès lors que leur complot a échoué. Ils ne peuvent rien faire d'autre. Et partir de ce moment, je vais aussi poursuivre toutes les personnes impliquées dans ce complot. Et ils vont pourrir en prison ne serait-ce qu'à la mémoire des 14 personnes tuées lors des manifestations ».

ADVERTISEMENT

« Je crains qu’Adji Sarr soit tuée »

Ousmane Sonko dit craindre que son accusatrice soit tuée. « J'ai lu qu'elle aurait envie de se suicider ou de quitter le pays. Je crains qu'on la tue. Elle serait gardée par la police. Donc entre les mains des hommes de Macky Sall. J'espère que ses parents vont s'enquérir de son sort car je crains qu’o la tue », redoute-t-il. « Elle a déposé une plainte, elle n'a qu'à rester au pays pour la suite».

Le général Moussa Fall est dans le complot

Ousmane Sonko accuse le général Moussa Fall d’être impliqué dans le dossier l’opposant à Adji Sarr. « Le Général Moussa Fall est à la tête ou au moins fait partie du complot », accuse M. Sonko qui demande d’aller voir l’enquête de la gendarmerie sur cette affaire.

Le leader de Pastef tient à informer à qui veut l’étendre qu’il ne signera plus au niveau du tribunal. « Cela fait deux mois que j’ai pas signé et je ne signerai plus le contrôle judiciaire ».

Ousmane Sonko a également réagi à l'interview exclusive des médias RFI, Le Monde et Jeune Afrique, accordée à la jeune masseuse Adji Sarr qui l'accuse de viols et de menaces de mort. « Je n'ai jamais vu ces journaux mettre un fait divers puis sponsorisé à leur Une. Ils ont reçu beaucoup d'argent pour ça », a-t-il révélé. Il a pris une décision radicale contre ses médias internationaux. « Désormais si j'anime une conférence de presse est que je vois ces médias, je vais leur de demander de sortir de la salle. Sinon c'est moi qui va partir », a dit Sonko.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT