Scootériste tué : l’ami du défunt contredit Antoine Diome

Le ministre de l'Intérieur Antoine Diome affirmait, dans un communiqué, qu'un conducteur de moto est mort en tentant "d’éviter un dispositif de contrôle de la Gendarmerie nationale, ce qui a malheureusement conduit à la perte de contrôle du scooter, qui a heurté une murette située aux abords de la chaussée". Une version totalement fausse, selon Abdoulaye Sow, l’ami du défunt qui dit avoir été témoin de l’accident.

Scootériste

Un motocycliste est décédé mercredi au niveau du Boulevard du Centenaire. Selon le ministre de l'Intérieur, la victime « tentait d'éviter un dispositif de contrôle de la Gendarmerie nationale, ce qui a malheureusement conduit à la perte de contrôle du scooter, qui a heurté une murette située aux abords de la chaussée, avant qu’il ne décède.

Une version totalement fausse, à en croire Abdoulaye Sow, l'ami du défunt qui a été témoin de l'accident. D’après Kinkelibaainfo, celui-ci, trouvé au domicile du défunt à Guédiawaye, au quartier Assane, a fait savoir que les faits se sont déroulés mercredi vers les coups de 17 heures à Yarakh Bountou Magazine. La victime Serigne Saliou Mbacké Touré, vendeur de pièces détachées au Crédit foncier était en compagnie de son cousin à la recherche d’un moteur.

« J’étais derrière eux. À Yarakh nous avons demandé à des usagers s’il y avait un check-point. Ils nous ont répondu par la négation. Alors, mon ami a continué son chemin. Un instant après, il a reçu une pierre sur la bouche venant des forces de l’ordre. Au moment où il tentait d’esquiver la pierre des gendarmes ont tiré la corde sur lui. Il est tombé à terre », narre Abdoulaye Sow. Qui accuse les gendarmes et se dit prêt à témoigner.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT