Baiser forcé : Rubiales présente sa démission après des semaines de scandale

Luis Rubiales a annoncé qu'il présentera sa démission de la présidence de la Fédération royale espagnole de football (RFEF), au terme de trois semaines de scandale suite à son baiser forcé à Jenni Hermoso, après la finale de la Coupe du monde féminine.

Spanish Football Federation president Luis Rubiales has refused to resign.Reuters

Voilà des semaines que les joueuses espagnoles, plusieurs personnalités du monde du football et une partie de la classe politique espagnole réclamaient sa tête, ils l'ont obtenue. Luis Rubiales, le président de la Fédération royale espagnole de football, a annoncé ce dimanche 10 septembre qu'il présentera sa démission, trois semaines exactement après avoir embrassé de force Jenni Hermoso après la victoire de la Roja lors de la finale de la Coupe du monde féminine.

ADVERTISEMENT

« À propos de ma démission, oui, je vais le faire, oui, parce que je ne peux pas continuer mon travail », a-t-il dit dans un entretien accordé au journaliste de télévision anglais Piers Morgan. Une déclaration qui intervient après des semaines d'une défense tenue bec et ongles par Rubiales. Il a toujours assuré que le baiser était le fruit d'un consentement mutuel, et avait violemment fustigé les « fausses féministes » qui étaient montées au créneau pour dénoncer une agression sexuelle de sa part.

  • Une plainte, des enquêtes et une grosse pression

La principale concernée, Jenni Hermoso, avait d'abord assuré, sur le ton de la rigolade dans un live Instagram en direct des vestiaires après la victoire, qu'elle n'avait pas souhaité embrasser Rubiales, qu'elle n'avait « pas aimé » le baiser. Avant de dénoncer le geste quelques jours plus tard, expliquant s'être sentie « vulnérable et victime d'une agression sans aucun consentement de ma part ».

ADVERTISEMENT

Elle avait ensuite déposé plainte mercredi 6 août. Une condition indispensable pour que le parquet espagnol, qui avait ouvert fin août une enquête préliminaire contre M. Rubiales pour « agression sexuelle », puisse lancer des poursuites contre le président de la fédération espagnole, encore suspendu de ses fonctions à ce moment-là.

En parallèle des enquêtes lancées par les différentes institutions dans lesquelles Luis Rubiales avait des activités, la classe politique s'est également impliquée dans le dossier, du Premier ministre Pedro Sanchez, en passant par Yolanda Diaz, numéro deux du gouvernement en fonction et Iréné Montero, ministre de l’Égalité. Les deux dernières ayant participé à des manifestations pour dénoncer l'attitude de M. Rubiales. La fédération espagnole avait également réclamé sa démission et « demandé pardon » pour le geste de son président.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Le Sénégal éliminé en 8e, Aliou Cissé va passer aux aveux

Le Sénégal éliminé en 8e, Aliou Cissé va passer aux aveux

Agression de MNF: une autre journaliste alerte sur sa sécurité

Agression de MNF: une autre journaliste alerte sur sa sécurité

Kaolack : un corps sans vie découvert dans un puits !

Kaolack : un corps sans vie découvert dans un puits !

Le Kenya et Haïti signent un accord pour l'envoi de policiers dans l'île

Le Kenya et Haïti signent un accord pour l'envoi de policiers dans l'île

Haïti : Port-au-Prince subit la violence des gangs !

Haïti : Port-au-Prince subit la violence des gangs !

Tribunal de Commerce de Dakar : les contentieux en chiffres !

Tribunal de Commerce de Dakar : les contentieux en chiffres !

Naufrage à Saint-Louis : des migrants étaient attachés dans la pirogue

Naufrage à Saint-Louis : des migrants étaient attachés dans la pirogue

Chavirement d’une pirogue à Saint-Louis : six individus arrêtés

Chavirement d’une pirogue à Saint-Louis : six individus arrêtés

Agression de MNF: les acteurs de la presse s'insurgent et appellent à la mobilisation

Agression de MNF: les acteurs de la presse s'insurgent et appellent à la mobilisation

ADVERTISEMENT