Le modèle, doublé d'une casquette d'acteur nous plonge dans les méandres de son parcours. Des études à la télévision, en passant par ses projets. Une autre facette de la personne et du personnage. Entretien

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Arfang Sané. Je suis acteur et également modèle. Je suis dans le domaine depuis bientôt trois années. Je suis connu pour avoir fait quelques publicités et tourné dans quelques séries télévisées dont la plus récente et plus connue qui est « Karma ». Et je rappelle aussi être un féru de sport.

Pour être plus précis, comment vous avez fait pour atterrir dans le milieu du cinéma ?

A la base ce n’est pas du tout dans mes prévisions. J’ai fait des études supérieures et je suis titulaire d’une licence en ressources humaines. Malheureusement au Sénégal, vous avez beau avoir des aptitudes mais il est difficile d’avoir sa chance d’un point de vue professionnel. J’ai postulé chez plusieurs entreprises pour des stages mais sans réponses. Un ami m’a contacté par la suite pour me dire que j’avais le profil de modèle. Bien qu’étant réticent au départ, je me suis alors lancé et j’ai été refusé pour la première fois. Le deuxième casting fut le bon. Par la suite, j’ai été contacté pour une série -C'est la vie (ndrl)- qui passe sur TV5. De fil en aiguille, j’en suis arrivé à ce niveau.

Arfang Sané dans Karma
Arfang Sané dans Karma
pulse senegal

Un passionné de sport et de basketball comme toi n’a jamais caressé le rêve de devenir un athlète de haut niveau ?

J’avais embrassé une carrière sportive et j’avais d’ailleurs décroché un contrat. L’agent en charge de celui-ci m’avait demandé de diminuer mon âge pour que le contrat puisse être signé. J’ai automatiquement refusé pour deux raisons. La première est que je venais juste de décrocher mon baccalauréat et la deuxième est qu’une carrière sportive ne tient que sur un fil. J’ai préféré jouer la carte de la sécurité.

Comment Arfang Sané gère-t-il la célébrité ?

Pour ne pas vous mentir, la gestion est loin d’être évidente. Par contre, elle a ses bons et ses mauvais côtés. De nature, je suis une personne plutôt discrète et très timide. Ça fait quand même plaisir d’être abordé par des personnes qui vous reconnaissent à travers le petit écran. Le plus difficile dans notre quotidien est la difficulté des gens à faire la distinction entre le personnage et la personne. Pour eux c’est « Majib » à la place de « Arfang » (rires).

Arfang Sané en visite chez Pulse Senegal
Arfang Sané en visite chez Pulse Senegal
pulse senegal

Arfang dans une salle de classe, la concentration des camarades sera-t-elle au rendez-vous ?

Je suppose que non. (Rires)

Quels sont tes projets dans le court terme ?

J’aimerai reprendre mes études de droit car je suis un passionné de ce domaine et aussi en relations internationales. A part ça, j’ai des projets orientés dans le business aussi bien au Sénégal qu’à l’étranger et qui n’ont rien à voir avec le cinéma. A part ça, je suis très orienté social. Je suis un donneur régulier au niveau du Centre National de Transfusion Sanguine. Je milité pour le don de sang. Chaque personne a sa contribution pour la société, il faut nécessairement donner un peu de soi. J’ai opté pour ce volet qui sauve des vies.

Propos recueillis par El Hadj Demba Diop