La jeune masseuse qui accuse Ousmane Sonko de viols et de menaces de mort est sous la protection de deux éléments de la Brigade d'Intervention Polyvalente (BIP) de la police. En effet, ses avocats ont réussi à convaincre le ministre le l'Intérieur Antoine Felix Diome de placer leur cliente sous protection policière, eu égard aux menaces de mort qu'elle reçoit depuis l'éclatement de cette affaire.

Les avocats de la plaignante ont été reçus en audience hier, vendredi, par le ministre de l'intérieur qui répondu favorablement à la demande de protection de la jeune victime présumée.