‘’Depuis deux mois, nous assistons au Sénégal à un accroissement, au quotidien, de pirogues se rendant aux îles Canaries, avec plus de 200 morts, selon nos estimations’’, indique le texte.

Le COSCAM, constitué du Réseau migration et développement, de l’Union nationale des syndicats autonomes du Sénégal et d’autres organisations, exige la création d’un cadre permanent de concertation incluant la société civile, la diaspora, ‘’sans ostracisme, ni copinage politique, et l’élaboration d’une politique de migration de travail’’.

‘’Nous lançons un appel à toute la société civile, aux migrants, aux communautés, aux regroupements socioprofessionnels, à toutes les associations de jeunes et de femmes, aux organisations syndicales et à la société civile, ainsi qu’aux mouvements sociaux, pour des alternatives durables, permettant de relever les défis liés à la migration’’, déclare le COSCAM.

‘’Des réponses inefficaces des pouvoirs publics sur la question migratoire, la stigmatisation des migrants dans le discours politique et médiatique, à travers l’utilisation de terminologies inappropriées et discriminatoires comme migrants clandestins ou migration clandestine, sont [à] dénoncer’’, poursuivent les leaders du collectif.