Arrestation de 'Gauthier Pasquet' en Côte d’Ivoire : les premiers éléments de l’affaire

Gauthier Pasquet, le troll suspecté de se cacher derrière ce compte et considéré comme pro-français et très critique envers les juntes au Mali et au Burkina Faso a été arrêté en Côte d'Ivoire.

Gauthier Pasquet

« Gauthier Pasquet », ce nom à consonance française est celui de l’avatar le plus actif d’Afrique de l’Ouest. Né en août 2022 sur Twitter, il distillait informations exclusives et infox en dénonçant au passage la désinformation des régimes au pouvoir au Burkina Faso ou au Mali sur Twitter et, depuis fin mai 2023, sur des groupes WhatsApp.

Depuis le 16 juin 2023, son compte s’est tu. Vagondo Diomandé, le ministre de l’intérieur ivoirien a confirmé « l’arrestation d’un individu suspecté d’être derrière Gauthier Pasquet ». Les autorités ivoiriennes ont procédé à l’interpellation mi-juin à Bouaké de l’homme suspecté d’être derrière le faux compte « Gauthier Pasquet », rapporte Jeune Afrique. Il s’agit d’un dénommé Aboubacar Sidikh Sylla. Ce dernier est lié à Marc Ouattara, président de l’Union des soroïstes (UDS) et proche de l’ancien Premier ministre Guillaume Soro. Son nom circulait depuis plusieurs jours.

Il n’a en revanche pas révélé le motif de l’interpellation, mais celle-ci intervient alors que le pouvoir ivoirien cherche à apaiser ses relations avec les juntes malienne et burkinabée, contre lesquelles « Gauthier Pasquet » était particulièrement virulent.

Au mois de mai, Jeune Afrique avait accusé l’animateur du compte d’avoir tenté de manipuler le magazine en se faisant passer pour une source médicale, précisément un médecin malien. Le compte, qui n’est plus actif depuis le 16 juin, défendait systématiquement les positions françaises au Sahel, et s’attaquait aux régimes malien et burkinabè.

Les Observateurs de France 24 avait révélé dès le mois de novembre 2022 que ce compte avait des origines ivoiriennes. Avant d’être nommé « Gauthier Pasquet », il portait le nom d’une ONG ivoirienne.

ADVERTISEMENT

Amadou Coulibaly, le porte-parole du gouvernement ivoirien, ne souhaite pas communiquer sur le sujet et dit ne pas percevoir de « guerre informationnelle » dans la région. Il déclare toutefois que « tout le monde est libre de s’exprimer à condition de rester dans les limites de la loi » et rappelle qu’« il y a des instruments pour pouvoir punir tout contrevenant ».

Si le ministère de l’Intérieur confirme l’arrestation d’un individu, il précise toutefois que « les vérifications sont toujours en cours ». Les autorités ivoiriennes ne donnent aucune information sur la date de cette arrestation, l’identité du suspect ou les faits qui lui sont reprochés.

Au mois de janvier dernier, après la libération de 46 soldats ivoiriens détenus pendant six mois au Mali, le président ivoirien Alassane Ouatarra avait appelé à des « relations normales » avec le Mali et invité le président de la transition Assimi Goïta à effectuer une visite en Côte d’Ivoire. Depuis cette date, le président malien ne s’est pas encore rendu à Abidjan.

Qui se cache derrière « Gauthier Pasquet » ? Et que lui est-il arrivé ?

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT