Facebook bloque les comptes WhatsApp des talibans

Facebook supprime les comptes tenus par ou au nom des talibans et interdit leurs éloges, leur soutien et leur représentation.

Facebook bloque les contenus pro-talibans

Le géant des médias sociaux, Facebook, aurait bloqué les comptes WhatsApp liés aux talibans après que le groupe islamique aie pris le pouvoir de force en Afghanistan et a cherché à utiliser le service de messagerie pour l’aider à gouverner.

"Les Talibans sont sanctionnés en tant qu’organisation terroriste par la loi américaine et nous leur avons interdit l’accès à nos services en vertu de nos politiques d’organisation dangereuse", a déclaré un porte-parole de Facebook.

Selon le Financial Times, Facebook a fermé une hotline WhatsApp que les talibans avaient mise en place pour recevoir des plaintes pour violences et pillages. Un porte-parole de WhatsApp a déclaré dans un e-mail à l’AFP que l’entreprise est tenue de suivre les sanctions américaines.

"Cela inclut l’interdiction des comptes qui semblent se présenter comme des comptes officiels des talibans. Nous recherchons plus d’informations auprès des autorités américaines compétentes étant donné l’évolution de la situation en Afghanistan" , a déclaré la société.

"Cela signifie que nous supprimons les comptes tenus par ou au nom des talibans et interdisons leurs éloges, leur soutien et leur représentation."

Facebook a déclaré qu’il utilisait "une équipe dédiée d’experts de l’Afghanistan, qui sont des locuteurs natifs du dari et du pashto et ont une connaissance du contexte local", pour aider à orienter la politique.

"Nos équipes surveillent de près cette situation au fur et à mesure qu’elle évolue. Facebook ne prend pas de décisions concernant le gouvernement reconnu dans un pays en particulier, mais respecte plutôt l’autorité de la communauté internationale pour prendre ces décisions" , a déclaré Facebook.

Un porte-parole des Talibans a quant à lui reproché à Facebook de bloquer la « liberté d’expression » dans le pays à la suite de la répression de la firme américaine.

Lors d’une conférence de presse diffusée en ligne, le responsable taliban a répondu à une question sur la liberté d’expression en déclarant : "La question devrait être posée aux personnes qui prétendent être des promoteurs de la liberté d’expression et qui n’autorisent pas la publication de toutes les informations."

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Qualif' en 8e : le Sénégal empoche plus de 8 milliards FCFA

Qualif' en 8e : le Sénégal empoche plus de 8 milliards FCFA

Koulibaly et Gana en guerre contre l'Angleterre

Koulibaly et Gana en guerre contre l'Angleterre

Mairie de Dakar : Wardini au cœur d'une nébuleuse de plus de deux milliards FCFA

Mairie de Dakar : Wardini au cœur d'une nébuleuse de plus de deux milliards FCFA

Des histoires de fake…

Des histoires de fake…

Zator Mbaye gruge une dame de 40 millions FCFA

Zator Mbaye gruge une dame de 40 millions FCFA

La carte nationale de presse désormais exigée à partir de ce 1er décembre 2022

La carte nationale de presse désormais exigée à partir de ce 1er décembre 2022

Confrontation Adji Sarr-Ousmane Sonko le 6 décembre

Confrontation Adji Sarr-Ousmane Sonko le 6 décembre

Mort de Fulbert Sambou : ce que révèle le certificat de genre de mort

Mort de Fulbert Sambou : ce que révèle le certificat de genre de mort

La tiktokeuse Faynara nominée à la Nuit des Stars Awards

La tiktokeuse Faynara nominée à la Nuit des Stars Awards