Gaza : Netanyahou accuse l'Afrique du Sud "d'hypocrisie"

L’Afrique du Sud était devant les juges de la Cour internationale de justice à la Haye au Pays-Bas, ce jeudi. Le ministre sud-africain de la justice, Ronald Lamola, a présenté devant la plus haute juridiction des Nations unies, les arguments de son pays, qui accuse Israël de génocide à l'encontre des Palestiniens de Gaza.

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu.AP Photo/Evan Vucci, File

Selon le ministre sud-africain de la justice, le monde assiste avec horreur au massacre d'hommes, de femmes et d'enfants palestiniens, à leur bombardement et à leur ensevelissement sous les décombres de leurs maisons.

« On les a laissés mourir dans des hôpitaux dépourvus de ressources, ce qui a entraîné la mort de plus de 23 000 personnes par la destruction de maisons, d'écoles, d'hôpitaux, d'installations de traitement de l'eau et d'autres infrastructures publiques qui nuisent aux conditions de vie et sont calculées pour entraîner la destruction totale ou partielle des Palestiniens vivant dans la bande de Gaza », déclare-t-il.

L'Afrique du Sud a condamné sans équivoque l'attaque du Hamas le 7 octobre, et elle l'a également fait (inaudible) à l'État d'Israël, transmettant sa condamnation de l'action du Hamas le 7 octobre. Et l'Afrique du Sud a réitéré ici, au tribunal, que ces atrocités ne justifient aucune forme de génocide", a souligné le ministre sud-africain de la justice.

Des accusations rejetées par le Premier ministre Israélien. Benjamin Netanyahou a dans une allocution à Tel-Aviv, dénoncé ce qu’il considère comme l’hypocrisie sud-africaine. "Quel monde tordu ! Et ce sont les forces de défense d’Israël, l'armée la plus morale du monde, qui fait tout pour éviter de blesser les civils innocents, qui est accusée de génocide par les représentants des monstres », réplique-t-il.

Pour lui, l'hypocrisie de l'Afrique du Sud ne connaît pas de limites. Il se demande : « où était-elle lorsque des millions de personnes ont été assassinées et déplacées de leurs maisons en Syrie et au Yémen, et par qui ? Par les partenaires du Hamas ».

ADVERTISEMENT

Monde tordu. Où étiez-vous ? Nous savons où nous sommes - nous continuerons à combattre les terroristes, nous continuerons à repousser les mensonges, nous continuerons à maintenir notre juste droit à nous défendre et à assurer notre avenir - jusqu'à une victoire décisive.", a affirmé le Premier ministre israélien.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Le tonton saï-saï viole sa voisine mineure qui lui lavait le linge

Le tonton "saï-saï" viole sa voisine mineure qui lui lavait le linge

'Il ne peut y avoir de passation de pouvoir s’il n’y a pas d’élection'

'Il ne peut y avoir de passation de pouvoir s’il n’y a pas d’élection'

Libération de Sonko et Diomaye Faye : la bonne nouvelle annoncée par Macky Sall

Libération de Sonko et Diomaye Faye : la bonne nouvelle annoncée par Macky Sall

Le coup de gueule de Macky contre la presse internationale

Le coup de gueule de Macky contre la presse internationale

Macky Sall : « La liberté provisoire de Diomaye dépend de ses avocats »

Macky Sall : « La liberté provisoire de Diomaye dépend de ses avocats »

Libération de Sonko et de Bassirou : le président Macky Sall veut un climat d'apaisement

Libération de Sonko et de Bassirou : le président Macky Sall veut un climat d'apaisement

Macky Sall : 'je quitterai le pouvoir le 2 avril 2024'

Macky Sall : 'je quitterai le pouvoir le 2 avril 2024'

USA : en Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître

USA : en Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître

Suivez en direct l'entretien de la presse avec le Président Macky Sall

Suivez en direct l'entretien de la presse avec le Président Macky Sall

ADVERTISEMENT