On se souviendra longtemps de ce jeune américain "talibé Baye", du nom de Mouhamed Cissé, sauvagement assassiné par un cambrioleur en janvier 2020, à son domicile à Kahone (Kaolack) ; le présumé meurtrier, Baba Kâ alias Amadel, est décédé en prison, dans des conditions peu ordinaires, après un an de cavale.

En effet, le défunt, qui était emprisonné à la Mac de Louga, tentait de s’évader. Il a lourdement chuté et s'est cogné la tête, raconte L’Observateur dans sa parution du jour.

Très mal en point, il a été hospitalisé à l’infirmerie de la prison avant d’être évacué aux urgences de l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye, rien y fit, il succombera à ses blessures.

Pour rappel, après un an de cavale, le présumé meurtrier, Baba Kâ alias Amadel, a été arrêté à Linguère avant d’être déféré au parquet de Louga.

Le mis en cause serait impliqué dans plusieurs meurtres, dont celui de l’agent de renseignement de la gendarmerie de Ndindy.