La réunion de ratification de la liste des membres de la Commission ad hoc n’a pu aller à son terme ce mercredi. Pour cause, les députés de l’opposition et ceux non-inscrits ont boudé la rencontre. Ils accusent le président de l’Assemblée nationale et les députés de la majorité d’avoir falsifié le document déposé par le Procureur visant X par un autre visant nommément Ousmane Sonko.

Le président du groupe parlementaire Liberté et Démocratie Cheikh Bara Dolly et ses collègues sont venus trouver les journalistes parqués à 100 mètres de l’Hemicycle par les forces de l’ordre et exiger de ces dernières qu’elles les laissent accéder à la porte de l’Assemblée nationale pour « filmer la forfaiture » de la majorité.

«Nous avons quitté la salle. Nous avons boudé», a déclaré le député Cheikh Abdou Mbacké Bara Dolly, président du groupe parlementaire liberté et démocratie. Il indique qu’ils ont voulu faire un rappel au règlement et "poser des questions préjudicielles", mais le président de l'Assemblée nationale, Moustapha Niasse, a refusé de leur donner la parole.

Et d’ajouter: «Le bureau a violé les textes. Car l’article 17 dit que pour mettre en place une commission ad hoc, le sujet doit être bien déterminé. Alors qu’ici, le procureur a visé X dans son réquisitoire.»

Le député Cheikh Bamba Dièye d’ajouter que leurs collègues de la majorité ont dès le départ des travaux violé le règlement intérieur et le mode d’organisation des débats à l’Assemblée. «Et cela est suspicieux», a-t-il souligné.