Tambacounda : 80 % des accidents sont liés aux motos Jakarta

En tournée dans la région de Tambacounda le jeudi 11 mai 2023, le Directeur de l’Agence nationale de sécurité routière (ANASER), Cheikh Oumar Gaye avance que quatre-vingt pour cent des accidents de circulation enregistrés dans cette zone impliquent les motos taxis.

accident-choc-moto-djakarta-deux-roues

Dans le cadre d’une campagne nationale de sensibilisation sur la sécurité routière, Cheikh Oumar Gueye a fait un crochet à Tamba. Il a saisi l’occasion pour rappeler la forte implication des motos Jakarta des accidents enregistrés dans la région. « Les statistiques fournies par les sapeurs-pompiers, la police et la gendarmerie, nous révèlent que 80% des accidents, que nous constatons dans la région de Tambacounda, concernent les conducteurs de motos taxis communément appelés Jakarta », a indiqué le directeur général de l’ANASER.

Il a ajouté que cette campagne s’inscrit également dans le cadre des préparatifs de l’élaboration du plan local de lutte contre l’insécurité routière, piloté par le commandement territorial. Plusieurs acteurs réunissant les transporteurs, les syndicats, l’administration, les forces de défense et de sécurité et les écoles sont impliqués dans cette campagne de sensibilisation, selon M. Gaye.

Le Directeur de l’ANASER a souligné la disponibilité des infrastructures routières à Tambacounda, avec un réseau routier qui fait « partie des meilleurs du pays ». « Au niveau urbain, nous avons des axes routiers de qualité, bien dégagés et disposant de signalisations modernes », a-t-il relevé, avant d’ajouter : « Ce qui reste, c’est l’habillage du réseau routier en termes de panneaux de signalisation, de la signalisation horizontale et d’élargissement à certains endroits de la route nationale numéro 1 ».

Il a fait état de difficultés liées à des sources de dangers qui sont nombreuses à Tambacounda. « Nous avons constaté un déficit de formation de tous les acteurs, particulièrement des conducteurs de Jakarta, le non-port de casque de sécurité pour ces derniers », a déploré M. Gaye. De même a-t-il pointé les « stationnements anarchiques » sur la route nationale numéro 1, aux abords des concessions, des sites de commerce, ce qui constitue « un danger pour les automobilistes et pour les usagers».

ADVERTISEMENT

Cheikh Omar Gaye est par ailleurs revenu sur l’utilisation de tricycles et autres véhicules de transport de marchandises pour convoyer des personnes en interurbain. « Ce qui est totalement interdit et illégal. Les dispositions du code de la route n’autorisent pas usage de tricycles aux fins de transport de personne », a-t-il rappelé.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Euro 2024 : l'Espagne, 2e pays qualifié

Euro 2024 : l'Espagne, 2e pays qualifié

Hajj 2024 : un 5e pèlerin sénégalais décède

Hajj 2024 : un 5e pèlerin sénégalais décède

Dépendance affective dans les couples : comprendre, identifier et surmonter

Dépendance affective dans les couples : comprendre, identifier et surmonter

Paiement instantané 24/7 : La nouvelle initiative de la BCEAO pour l'UEMOA

Paiement instantané 24/7 : La nouvelle initiative de la BCEAO pour l'UEMOA

Déjeuner à l'Elysée : ce que  Diomaye et Macron se sont dit

Déjeuner à l'Elysée : ce que Diomaye et Macron se sont dit

Transfert d'argent : Wave et OM menacés

Transfert d'argent : Wave et OM menacés

Classement Fifa : le Sénégal chute

Classement Fifa : le Sénégal chute

Kaffrine: un étudiant égorge sa nièce de 2 ans

Kaffrine: un étudiant égorge sa nièce de 2 ans

Souveraineté vaccinale : le plaidoyer de Diomaye devant l'Europe

Souveraineté vaccinale : le plaidoyer de Diomaye devant l'Europe

ADVERTISEMENT