Boubacar Biaye : 'mon emprisonnement est une erreur […] Sonko et moi'

L'ex-député Boubacar Biaye, a été placé sous mandat de dépôt par le juge du deuxième cabinet dans l’affaire dite de trafic de passeports diplomatiques. Il a été élargie de prison jeudi 30 juin 2022 après avoir été condamné à une peine de 2 ans dont 5 mois ferme pour complicité de faux et usage de faux.

Boubacar Biaye

Dans les colonnes du journal Les Echos, il revient sur son incarcération. "En réalité, il n’y avait aucune plainte contre moi. Personne ne m’a cité en réalité. Il y a juste eu une erreur d’enquête", a-t-il précisé. Avant d'ajouter : "La Dic faisait son travail. Et dans le cadre de ce travail, elle a trouvé quelque chose qui m’appartient. Maintenant, l’erreur que la Dic a faite, c’est de ne m’avoir pas écouté. La Dic ne l’a pas fait et a eu à me mêler dans un dossier qui ne me concernait pas. Et comme déjà l’information était partie, il était du rôle de la justice de continuer son travail. C’est pourquoi j’ai dit que c’est une question de destin."

Son séjour carcéral n'a pas été sans conséquence sur sa carrière politique. "C’est à cause de cette affaire que je n’ai pas été retenu sur la liste de ceux-là qui devraient représenter la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) pour diriger la liste du conseil départemental. C’est effectivement cette même affaire qui a fait que je n’ai pas été investi sur la liste des députés. Mais cela c’est le destin et c’était normal que je puisse m’éloigner de tout cela pour mettre la justice sénégalaise à l’aise, parce que vous de la presse, certains citoyens, pourraient considérer que le président de la République me protège contre la justice sénégalaise. C’est pourquoi il fallait mettre à l’aise tout le monde."

Beaucoup de frères de son parti, dit-il, sont des gens reconnaissants. Il donne l’exemple de Benoit Sambou, "un ami, un frère qui ne m’a jamais laissé tomber." "Le président de la République ne m’a jamais laissé tomber, en toute sincérité. Il m’a toujours tendu la main et l’a tenue pour que je ne tombe pas", a-t-il déclaré. "Et même Ousmane Sonko, qui est un opposant farouche à mon régime, m’a témoigné sa compassion parce que j’avais de très bonnes relations avec tout le monde", a souligné Biaye.

ADVERTISEMENT

Avant de poursuivre : "Quelqu’un comme Barthélemy Dias me témoigne sa compassion dans des plateaux de télévision. Ce n’est pas seulement mes frères de parti ou députés qui m’ont tendu la main pour que je ne tombe pas, mais presque tous les hommes politiques de ce pays ont témoigné du bien envers moi."

Dans cette affaire de trafic de passeports diplomatiques, Boubacar Biaye avait été arrêté au même titre que son homologue député Mamadou Sall. Ils sont tous les deux été remis en liberté après avoir purgé leur peine d'emprisonnement.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT