Les FDS autorisés à tirer sur les manifestants encagoulés

Désormais au Sénégal, un manifestant encagoulé ou muni d'un cocktail Molotov non seulement pourrait tomber sous le coup de condamnation pour terrorisme mais risque d'être abattu par balle par les Forces de défense et de sécurité.

Manifestants encagoulés

En réunion du Conseil des ministres qui s’est tenu hier mercredi 2 aout 2023 au Palais de la République, sous la présidence du Chef de l’Etat, une loi sur le terrorisme a été adopté et sera transmise en procédure d’urgence à l’Assemblée nationale.

Jusque là les forces de défense avait pour mission d’arrêter les manifestants encagoulés ou détenteurs de cocktail Molotov. Mais désormais, elles sont autorisées à tirer à bout portant sur ces types de manifestants.

Rappelons qu'au Sénégal, en 2021, l'Assemblée nationale a adopté vendredi deux projets de lois portant modification du code pénal et du code de procédure pénale visant à renforcer la lutte contre le terrorisme, selon les autorités.

Modifié en 2016, l'article 279 du code pénal stipule que «toute personne qui recrute une autre personne pour faire partie d'un groupe ou pour participer à la commission d'un acte terroriste, est punie de la peine des travaux forcés à perpétuité».

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT