ADVERTISEMENT

Groupes parlementaires à l'hémicycle : une question de sous

Une question d'argent, de visibilité médiatique ou de poids politique : en tout cas, le groupe parlementaire est-il le Graal de ces élections législatives ?

Assemblée nationale Sénégal

D'où l'inquiétude de Thierno Bocoum qui a débusqué le deal de Yewwi-Wallu qui prétexte le temps de parole pour procéder à l’augmentation des groupes parlementaires à l’Assemblée nationale.

ADVERTISEMENT

L'argument du temps de parole brandi par l'inter coalition Yewwi-Wallu pour la constitution de plusieurs groupes parlementaires est totalement faux. Selo le porte-parole de AAR Sénégal, « la règle est que le temps de parole est attribué aux députés (orateurs) et non aux groupes constitués. Il suffit de lever sa main pour être inscrit sur la liste des orateurs. Et cela concerne presque 99% des travaux ».

L’ancien parlementaire soutient : « diviser un grand groupe en plusieurs groupes parlementaires ne permettra pas d’avoir plus de membres du bureau, puisque le nombre global de députés ne changera pas ». Ce, en réponse à l’argument d’en face. Ce dernier considérant qu’une augmentation du nombre de groupes participera à renforcer une présence au Bureau de l’Assemblée nationale.

« Pour le fonctionnement des groupes parlementaires et des commissions permanentes, des crédits sont inscrits dans le budget de l’Assemblée nationale. » Cela dit que mathématiquement, plus de groupes entraînent plus de charges. L’absence d’incidence de l’augmentation des groupes parlementaires sur le budget est de ce fait réfutée par Thierno Bocoum.

Cela dit, en outre, que «les nouvelles charges sur le dos des populations qui seront créées par une pléthore de groupes parlementaires, seront inscrites chaque année dans le budget de l’Etat et financées par le contribuable sénégalais jusqu’au dernier centime ».

Un groupe comporte un président et un vice-président, et ce ne sont pas des députés comme les autres du point de vue des avantages attachés à leurs fonctions. Et un président de groupe gagne deux fois le salaire d’un «député simple», qui touche 1,3 million de francs CFA mensuels.

Un président de groupe parlementaire bénéficie de deux millions supplémentaires pour son «fonctionnement». C’est de l’argent liquide» qui lui est directement remis. En plus, il a à sa disposition deux voitures, 1000 litres de carburant, 150 000 francs CFA pour le téléphone et un assistant. Un vice-président de groupe gagne 1,6 million par mois. Mais en dehors des deux millions en liquide que reçoit le président, il bénéficie de tous les avantages dont ce dernier jouit.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Voici pourquoi nous détestons travailler le lundi matin

Voici pourquoi nous détestons travailler le lundi matin

Dix inventions de l'Égypte ancienne encore utilisées toujours

Dix inventions de l'Égypte ancienne encore utilisées toujours

Port de Ndayane : les travaux physiques démarrent ce mois-ci

Port de Ndayane : les travaux physiques démarrent ce mois-ci

Le Sénégal 'à nouveau' champion d'Afrique !

Le Sénégal 'à nouveau' champion d'Afrique !

CHAN 2022 : le onze du Sénégal pour affronter l'Algérie

CHAN 2022 : le onze du Sénégal pour affronter l'Algérie

Sexo : ces phrases à ne jamais dire au lit, selon une sexologue

Sexo : ces phrases à ne jamais dire au lit, selon une sexologue

Dieng crache sur Longoria : 'il ne dit pas la vérité'

Dieng crache sur Longoria : 'il ne dit pas la vérité'

Renvoi en chambre criminelle : Sonko fixé le 9 février 2023

Renvoi en chambre criminelle : Sonko fixé le 9 février 2023

Didier Awadi ressuscite le panafricanisme

Didier Awadi ressuscite le panafricanisme

ADVERTISEMENT