Va-t-on vers des perturbations dans le secteur de la santé ? Tout porte à le croire. Des syndicats de la santé regroupés autour du mouvement And Gueusseum, qui dénoncent le laxisme noté sur le respect des accords signés avec le gouvernement, ont décidé de déterrer la hache de guerre. En conférence de presse, Mballo Dia Thiam et ses camarades annoncent le dépôt d’un préavis de grève d’ici la semaine prochaine. «Depuis le début de la pandémie, nous avions fait une option de surseoir à toutes nos activités liées à des revendications, puisque c’était un moment de solidarité et un combat contre un ennemi commun qui est la Covid-19. Même s’il faut le reconnaître, les travailleurs de la santé vivent toujours dans des difficultés. Mais aujourd’hui, le temps est arrivé de décréter la fin de la trêve syndicale. Parce que nous faisons face à un gouvernement qui a décidé de fouler aux pieds tous les acquis syndicaux», martèlent Mballo Dia Thiam et Cie.

Ces derniers fustigent le fait qu’ils ont été laissés en rade dans la gestion de la Covid-19, alors que les travailleurs de la santé sont en première ligne dans la prise en charge des patients atteints de la Covid-19. Ils soutiennent que, malgré les mille milliards de FCfa dégagés dans le cadre des fonds de la Force Covid-19, des travailleurs de la santé restent, aujourd’hui, neuf mois sans salaires. Ce que les syndicalistes jugent inadmissible et inacceptable. «Nous avons perdu des camarades avec cette maladie. La récréation est terminée. Désormais, c’est la lutte, avant le dépôt d’un préavis de grève couvrant la période d’avril à novembre 2021 la semaine prochaine, de l’Asas Sutsas-Sudtm-Sat Santé D-Cnts/Santé», annoncent les membres de And Gueusseum. Ils rappellent que, lors du conseil présidentiel en webinaire que le président de la République, Macky Sall avait convoqué en mars 2020, le chef de l’Etat avait bien précisé que le reclassement des techniciens supérieurs de santé se fera obligatoirement dans le respect des lois et règlements du Sénégal. Sinon n’importe qu’elle catégorie de travailleurs réclamera son intégration dans la Fonction publique par la valorisation des expériences acquises, ce qui confirmait la proposition de l’ancien Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dione.

Dès lors, la fin de la récréation est sonnée, pour ces syndicalistes. Car, selon eux, il fallait simplement joindre la parole à l’acte. Malheureusement cela n’a pas été fait à temps. A cet effet, And Gueusseum, à l’issue des 30 jours de préavis prescrit par le législateur sans réponse de la part du gouvernement sera en droit de décliner des plans d’actions pour la satisfaction de sa plateforme minimale.