Sédhiou : La mairie de Médina Wandifa sans état civil

L'édile de la commune dresse le bilan des dommages après la vague de protestations qui a fait fureur début mars.

Sedhiou manifestations

Après les manifestations qui ont eu lieu au mois de mars, le maire de Médina Wandifa, tire les conséquences. Selon lui, le Bureau de l’état civil et les autres bureaux incendiés sont à l’arrêt depuis ce jour-là. « Le service est nul au bureau de l’état civil et pour combien de temps » ? S’interroge le maire, Malang Séni Faty qui informait les populations de l’impact des émeutes du vendredi 5 mars dernier dans sa collectivité.

Poursuivant, il indique : « Il ne nous est plus possible, au niveau de l’institution municipale de délivrer une copie d’extrait de naissance ou de mariage. Au niveau de l’école privée incendiée, les candidats aux examens ne disposent plus de livrets scolaires ».

Le maire décharge les élèves et charge les membres du collectif pour la défense des intérêts de Medina Wandifa d’êtres à l’origine de ces désagréments. « Médina Wandifa, est une petite ville, nous nous connaissons tous. Et les vidéos, réalisées ce jour-là, constituent, pour nous, une preuve tangible qu’il s’agit bien d’eux », dit-il.

Interpellé sur ces accusations, le coordonnateur du collectif pour la défense des intérêts de Médina Wandifa, Bakary Faty, dément les propos du maire. « Nous sommes une organisation responsable, nous défions quiconque d’établir un lien entre ce qui s’est passé et notre organisation. Nous ne sommes ni de près ni de loin mêlés à ces actes de destruction ». Et de conclure : « Tout ce que dit le maire est faux »

Mais le maire ne compte pas en rester là. « Je peux pardonner les préjudices portés contre mes intérêts mais pour ce qui relève de l’intérêt public, rien ne sera plus comme avant, ‘’œil pour œil, dent pour dent » a-t-il lui aussi conclu.

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ PULSE!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn