Derklé : l'imam de la mosquée tabassé et interdit de diriger la prière

L'imam de la mosquée de Derklé a été tabassé et interdit de diriger la prière. Il a attrait ses bourreaux qui étaient jugés hier en flagrant délit pour coups et blessures volontaires. Ils ont tous été déclarés coupables et condamnés à 3 mois assortis de sursis.

Imams-chapelet-religion-islam

D'après les faits retracés par la présidente de la séance, des témoins entendus dans la procédure ont révélé que c'est Mouhamed Malick Ba qui a ceinturé le prêcheur. Des allégations balayées d'un revers de main par le prévenu qui soutient n'avoir jamais ceinturé l'imam. "Je ne l'ai même pas touché. J'étais seulement venu lui demander de ne pas diriger la prière suite à la décision du comité du quartier", se dédouane-t-il.

À son tour, son co-prévenu Ahmed Tidiane Ndiaye déclare que l'imam n'est pas de la cité et il ne doit pas diriger la prière. "Cette cité a été créée par nos grands-parents. Il n'est pas de la cité et il n'habite pas là-bas. Nous avons appris récemment qu'il a une fois été attrait à la Cour d'assise. Un jour, il a confondu les sourates en dirigeant la prière. C'est la raison , pour laquelle nous avons décidé de le bloquer ", se défend-il.

Quant à l'Imam Abdoulaye Guèye, il déclare avoir été dans cette mosquée depuis 10 ans. Revenant sur les faits, le prêcheur explique sa mésaventure avec les mises en cause. "Je suis allé diriger la prière du "Fajar" de l'aube. Mais après avoir terminé, Mouhamed Malick Ba m'a surpris par-derrière et m'a donné des coups avant de me tordre le cou au moment où Ahmed m'a retenu la main. Par la suite, les gens sont intervenus pour m'aider", narre-t-il.

ADVERTISEMENT

Lors de sa plaidoirie, Me Ndiogou Ndiaye a fait savoir que son client s'est beaucoup investi dans cette mosquée pendant des années. "Abdoulaye Guèye connaît cette mosquée de Derklé depuis des années. Il a même un projet de construire une école coranique dans cette mosquée", dit-il. Selon la robe noire, les mis en cause pensent que le prévenu se nourrit de la mosquée alors qu'il est entrepreneur depuis plus de 20 ans. Suffisant pour Me Ndiaye de demander que les prévenus soient maintenus dans les liens de la détention. Et réclame 1 million de francs cfa pour dommages et intérêts.

Le représentant du ministère public a requis une application de la loi pénale. Du côté de la défense, Me Sow a plaidé pour une application bienveillante de la loi et sollicite que la partie civile soit déboutée de sa demande. Me El Hadji Malick Basse, sollicite que les prévenus soient renvoyés des fins de la poursuite.

Le tribunal après avoir statué a relaxé les mis en cause du délit pour coups et blessures volontaires et les a condamnés à 3 mois assortis du sursis pour les autres délits.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Marseille : Iliman Ndiaye reste, Ismaïla Sarr sur le départ

Marseille : Iliman Ndiaye reste, Ismaïla Sarr sur le départ

Medina : ils volent leur employeur pour aller au Nicaragua

Medina : ils volent leur employeur pour aller au Nicaragua

Véhicules de la présidence volés : des marabouts et des généraux...

Véhicules de la présidence "volés" : des marabouts et des généraux...

Kush : cette nouvelle drogue qui ravage l'Afrique de l'ouest

Kush : cette nouvelle drogue qui ravage l'Afrique de l'ouest

Vol en réunion : quatre malfaiteurs amputent les doigts de leur victime

Vol en réunion : quatre malfaiteurs amputent les doigts de leur victime

Tabaski : les populations invitées à ne pas jeter des déchets dans les caniveaux

Tabaski : les populations invitées à ne pas jeter des déchets dans les caniveaux

UGB : 163 étudiants dépistés de l’hépatite B

UGB : 163 étudiants dépistés de l’hépatite B

Gare du TER de Colobane : un Malien arrêté avec 25 sachets de kush

Gare du TER de Colobane : un Malien arrêté avec 25 sachets de kush

Un douanier et son épouse arrêtés pour avoir grugé de 200 millions FCFA des commerçants

Un douanier et son épouse arrêtés pour avoir grugé de 200 millions FCFA des commerçants

ADVERTISEMENT