Paris : des nouvelles de Kabirou Mbodjie arrêté depuis 1 an pour viols

Inculpé en France pour 4 viols : Kabirou Mbodjie, une descente continue aux enfers.

Kabirou Mbodj

Kabirou Mbodjie est jeté aux oubliettes. Le fondateur de Wari est écroué à Paris depuis le 3 novembre 2022. Il fait l'objet d'un revirement judiciaire détonant puisque le 13 octobre de cette année, il avait été mis en examen pour de présumés viols avant d'être placé sous contrôle judiciaire.

Le 30 novembre 2022, donc 27 jours après le placement en détention de Kabirou Mbodjie, le juge en charge du dossier avait pris une ordonnance de mise en liberté sous réserve de paiement d'un cautionnement préalable et de placement sous contrôle judiciaire. Dans le document, il était accusé par trois femmes de viols. Les faits ont eu lieu le 7 octobre 2022 dans l'appartement parisien du fondateur de Wari.

En plus de trois personnes victimes qui l'accusent de viols qu'il aurait commis le 7 octobre 2022, une quatrième femme prétend avoir subi le même sort le 21 mai 2002, rapporte Libération. Dans sa décision, le juge avait ordonné la mise en liberté de Kabirou Mbodjie à la date 9 décembre 2022, s'il n'était pas détenu pour autre cause.

Le magistrat avait aussi fixé la caution à 600 000 euros, c'est-à-dire 200 000 euros pour la représentation à tous les actes de la procédure et à l'exécution du jugement ainsi que l'exécution des autres obligations" prévues par l'ordonnance ; et 400 000 euros pour le paiement de la réparation des dommages...

Cette affaire vient compliquer la situation de M. Mbodjie dont la société, fondée en 2010, est en chute libre depuis des années. Elle a cessé de fonctionner quasiment au Sénégal à cause de l’arrivée sur le marché, de la «tech» d’une concurrence féroce de nouveaux opérateurs de mobile banking. Avant le début de la chute de Wari dont les points de transaction sont fermés, Kabirou Mbodji, qui avait raté le rachat de Tigo, avait aussi des ennuis judiciaires avec ses ex-associés. Il avait été condamné à deux ans de prison dont six mois ferme, par le Tribunal correctionnel de Dakar pour «abus de biens sociaux» et des dommages et intérêts d’une valeur de 1,5 milliard à verser à ses ex-collaborateurs Tap Tap Send.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Dr Bousso : « Le président de la République a fait un hors sujet »

Dr Bousso : « Le président de la République a fait un hors sujet »

Le Sutelec menace de plonger le pays dans le noir

Le Sutelec menace de plonger le pays dans le noir

Le peuple Suri : 6 choses intéressantes que vous ne saviez pas sur cette tribu (Découverte)

Le peuple Suri : 6 choses intéressantes que vous ne saviez pas sur cette tribu (Découverte)

Ndiassane se dote d'un centre de santé

Ndiassane se dote d'un centre de santé

Les Kenyans rendent un dernier hommage à Kelvin Kiptum au stade d'Iten

Les Kenyans rendent un dernier hommage à Kelvin Kiptum au stade d'Iten

Ligue Europa : le tirage complet des huitièmes de finale

Ligue Europa : le tirage complet des huitièmes de finale

Suspension de Krépin Diatta : la FSF saisit la FIFA

Suspension de Krépin Diatta : la FSF saisit la FIFA

Emprisonnement de Ngagne Demba Touré: Juan Branco charge les greffiers

Emprisonnement de Ngagne Demba Touré: Juan Branco charge les greffiers

Yakubu Gowon appelle à lever les sanctions pour sauver la CEDEAO

Yakubu Gowon appelle à lever les sanctions pour sauver la CEDEAO

ADVERTISEMENT