Traitement Covid: le Sénégal abandonne l'hydroxychloroquine

Le Sénégal traite le Covid avec un nouveau médicament : le Molnupiravir au détriment de l’hydroxychloroquine.

covid

Il séduit de plus en plus d'Africains. Déjà autorisé au Maroc et en Egypte, le Molnupiravir arrive sur le sol sénégalais. Son autorisation offre un traitement supplémentaire dans le combat contre le Covid-19.

Le traitement mis au point par le laboratoire américain réduirait de 50% les risques d’hospitalisation quand il est donné à des patients qui viennent d’être testés positifs.

Ce produit accepté par l’Oms est sujet à polémique mais son utilisation est désormais entérinée par les autorités médicales sénégalaises.

Et dans sa posologie, il est noté que le médicament n’est indiqué que dans les cas particuliers comme les personnes âgées fragiles pour prévenir le passage vers une forme sévère.

La prise en charge des personnes âgées se fait à domicile. Cependant une surveillance rapprochée pour guetter une décompensation pouvant motiver un transfert au Cte.

ADVERTISEMENT

Le traitement est purement symptomatique.

Le Molnupiravir, développé avec la société de biotechnologie Ridgeback Biotherapeutics, est un comprimé à avaler qui empêche le virus de copier son ARN.

Il avait obtenu des bons résultats chez la souris et est considéré par plusieurs scientifiques comme le meilleur espoir d’avoir un traitement efficace et facile à administrer contre le Covid.

Ce médicament pourrait changer la donne dans la lutte contre l’épidémie : il a comme intérêt majeur d’être pris sous forme orale et pourrait donc être utilisé de manière bien plus facile que les traitements intraveineux comme, par exemple, ceux à base d’anticorps de synthèse.

Une pilule qui serait "active" contre Omicron

Pris dans les cinq jours suivant l'apparition des symptômes, la pilule développée par Merck - laboratoire connu sous le nom de MSD en dehors des Etats-Unis et du Canada - limite la capacité du virus à se répliquer, freinant la maladie. Elle réduit le risque d'hospitalisation et de décès de 30% parmi la population fragile, selon des essais cliniques réalisés sur 1.400 participants, avant l'apparition d'Omicron.

Mais ce traitement reste "actif" contre le variant Omicron, a assuré fin janvier l'entreprise américaine, se fondant sur les résultats de six études en laboratoire. Autorisé depuis la mi-décembre aux Etats-Unis et depuis fin janvier dans l'Union européenne, le Molnupiravir pourrait bientôt être déployé dans toute l'Afrique. Merck a signé un accord de licence volontaire qui va permettre à des fabricants de médicaments génériques de produire son médicament, pour en faciliter l'accès mondial à un prix abordable.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT