Selon les étudiants, ces bourses d’accompagnement constituent un grand apport social et surtout en cette période marquée par la pandémie du Covid-19.

La promotion 2017-2018 estime que le gouvernement ne veut pas prendre conscience de la gravité de la situation, étant donné, selon eux, qu'une situation similaire a occasionné des drames le 31 janvier 2001 avec la mort de Balla Gaye, le 14 août 2014 avec la mort de leur camarade Bassirou Faye, et de Mouhamadou Fallou Séne.

« Cette volonté de lutte commune est issue de la constatation de l’urgence du problème de la précarité étudiante et d’un constat commun : celui du paiement de nos bourses d'accompagnement le plus rapidement possible », tonnent les étudiants.

En outre, ils demandent au chef de l’Etat de démettre Cheikh Oumar Hann de ses fonctions du fait de son "incompétence". Ils informent avoir saisi le recteur, mais également le médiateur de l’université, en vain.