Transition énergétique: le nouveau rapport de l’AIE

Les investissements dans le secteur énergétique restent insuffisants pour faire baisser les prix selon l'AIE.

aie

Les investissements dans le secteur énergétique mondial ont progressé de 8% par rapport à la période d'avant Covid, pénalisés par la hausse des coûts, indique l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans son rapport annuel. Si les énergies renouvelables en captent les trois quarts, ils restent insuffisants pour atteindre les objectifs de la transition énergétique. Quant aux investissements dans les hydrocarbures, ils vont surtout profiter au charbon.

Si les objectifs de la transition énergétique pour décarboner l'économie mondiale sont clairs - zéro émission nette en 2050 -, en revanche, la voie pour les atteindre apparaît de plus en plus sinueuse, exigeant des investissements massifs à court terme dans le secteur de l'énergie.

En 2022, ils ont représenté 2.400 milliards de dollars à l'échelle mondiale, soit une progression de 8% par rapport à leurs niveaux d'avant la pandémie, selon le rapport annuel de l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Ils restent toutefois insuffisants selon l'agence pour faire baisser les prix de l'énergie qui atteignent des niveaux historiques et atteindre les objectifs de réduction de gaz à effet de serre qui favorisent le réchauffement climatique.

1.400 milliards de dollars dans le renouvelable

Néanmoins, une part importante - 1.400 milliards de dollars - est allée au développement du secteur de la production d'électricité à travers les énergies renouvelables - solaire et éolien - et l'extension des réseaux électriques, ainsi qu'aux mesures permettant d'améliorer l'efficacité énergétique.

Le secteur des hydrocarbures et dans une moindre mesure la production de carburant bas carbone a drainé un montant important mais inférieur à leur niveau d'avant la crise, malgré l'effet d'aubaine représenté par le prix élevé du pétrole, du gaz naturel et du charbon.

La guerre en Ukraine, et l’explosion des prix de l’énergie qu’elle a provoquée, explique selon l’AIE que les investissements dans le gaz et le pétrole restent bien en deçà de ceux en 2019 - bien qu’ils aient augmenté de 10% sur un an.

Si les compagnies pétrolières et gazières dépensent davantage dans les énergies renouvelables, ce chiffre n’atteint aujourd’hui que 5% de leurs dépenses en capital, contre 1% en 2019. 95% vont aux investissements traditionnels.

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ PULSE!

Autoriser les notifications dans les paramètres du navigateur

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Trois (3) types de femmes qui feront de bonnes épouses

Trois (3) types de femmes qui feront de bonnes épouses

Garde des Sceaux : 'la justice ne cherche ni à plaire, ni à déplaire'

Garde des Sceaux : 'la justice ne cherche ni à plaire, ni à déplaire'

Ligue2: Les verts connaissent leur verdict

Ligue2: Les verts connaissent leur verdict

Le cortège du khalife de Ndiassane attaqué

Le cortège du khalife de Ndiassane attaqué

CAF: Un report plane sur la Can 2023 en Cote d'ivoire

CAF: Un report plane sur la Can 2023 en Cote d'ivoire

Pr Abdoul A. Diouf « Faut-il brûler les Facultés de droit du Sénégal ? » :Propos irrévérencieux d’un universitaire citoyen sur l’actualité politico-judiciaire !

Pr Abdoul A. Diouf « Faut-il brûler les Facultés de droit du Sénégal ? » :Propos irrévérencieux d’un universitaire citoyen sur l’actualité politico-judiciaire !

Diffusion de fausse nouvelle: L'actrice Adja porte plainte

Diffusion de fausse nouvelle: L'actrice Adja porte plainte

Nouveau renvoi du procès Ahmet Aidara

Nouveau renvoi du procès Ahmet Aidara

 Les signes astrologiques du plus au moins honnête

Les signes astrologiques du plus au moins honnête