Les confidences de Halima Gadji sur sa "folie"

D'Abidjan où elle vit désormais, l’actrice sénégalaise Halima Gadji raconte sa nouvelle vie en Côte d'Ivoire et fait des confidences sur sa supposée maladie mentale.

Halima Gadj

La star du cinéma Halima Gadji a quitté le Sénégal pour la capitale ivoirienne ou elle y vit depuis le mois le décembre 2021. Halima a décidé de rompre sa collaboration avec « Marodi » et mettre un trait « Marième Dial », personnage qu’elle incarne dans la célèbre série « Maitresse d’un homme marié ».

Après un épisode de profonde dépression, l’actrice Halima Gadji qui s’apprête à effectuer son come-back à l’écran est revenue sur la période trouble (mentale) qui avait fait prédire à plus d’un, la fin de sa carrière. "Il faut que les gens arrêtent de stigmatiser les personnes qui ont des problèmes de santé mentale", a-t-elle martelé dans un entretien avec L'OBS.

Concernant cette période trouble de sa vie où tout le monde pensait que sa carrière était terminé Halima a révélé que c’était assez difficile mais, heureusement sa famille, ses amis et son entourage proche l’ont soutenu.

Elle explique : « Aujourd’hui, je renais de mes cendres. Maintenant, la santé mentale n’est pas un sujet tabou pour moi, je ne m’excuserai pas d’être malade. Pour le reste, je m’en remets à Dieu, à Lui, rien n’est impossible. Il ne m’abandonnera pas et quoi qu’il puisse arriver, je me battrai toujours pour ma carrière. C’est mon Art qui me fait vivre. Je ne suis pas le genre de femmes qui font une fixation dans le mariage ou le folklore. Ce qui est primordial à mes yeux, c’est mon enfant et mon travail. Je donnerai tout pour mon Art, c’est ce qui me soigne. Je suis contente d’avoir participé à ce nouveau projet. Cela va me permettre de renouer avec mes fans, mes followers...Avoir Dieu dans ma vie, c’est comme avoir un psychologue ».

ADVERTISEMENT

Par ailleurs, l’actrice a annoncé qu’elle n’est plus très présente sur les réseaux sociaux à cause de certains fans qui se sont transformés presque en harceleurs avec des menaces parfois et des commentaires négatifs.

Elle déplore : « Je suis d’ailleurs de moins en moins sur les réseaux sociaux. Il faut dire que mes problèmes mentaux datent de mon enfance et ce ne sont pas seulement certains de ses fans qui ont déclenché mes troubles. Les commentaires négatifs, je ne peux malheureusement pas y échapper. J’ai choisi d’être sous les feux des projecteurs. Je suis une artiste et c’est en m’exprimant que je parviens à vivre. Je ne serai pas aimée par tout le monde et je l’accepte. Par moments, j’ai mal vécu certains commentaires désobligeants, mais aujourd’hui, je me suis recentrée sur moi-même. J’ai appris de mes erreurs. Je ferai dorénavant attention à ne véhiculer que le meilleur sur moi .»

Poursuivant, Halima a soutenu que maintenant cette épisode de sa vie est une page tournée, car dorénavant elle prend soin d’elle et de sa santé, mais aussi elle se soigne.

Avant de fustiger : « En général ici au Sénégal, on a tendance à associer ces problèmes mentaux à de la sorcellerie, du maraboutage, des esprits malsains, alors que cela n’a rien à voir. Il est temps que les gens comprennent cela. Pendant mon internement à l’hôpital psychiatrique, j’ai rencontré des personnes qui en étaient à leur sixième ou septième internement, c’est très effarant. Lorsque je rencontre des personnes qui ne sont pas saines d’esprit et qui errent dans les rues, je pense directement à moi. C’est un combat que je vais mener à vie. Il faut que les gens arrêtent de stigmatiser les personnes qui ont des problèmes de santé mentale ».

Parlant de son long séjour en Côte d’Ivoire l’actrice a révélé qu’elle se sentait mieux en Côte d’Ivoire qu’au Sénégal. "Pour cause là-bas, les gens ont moins tendance à l’agresser dans la rue et elle avait sa routine : boulot, maison, dodo. « A Abidjan, je me sens comme chez moi...", a affirmé Halima Gadji.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Série d'agressions à Grand-Dakar : un faux policier arrêté avec de la drogue

Série d'agressions à Grand-Dakar : un faux policier arrêté avec de la drogue

Très mauvaise nouvelle pour la Gambienne Aisha Fatty

Très mauvaise nouvelle pour la Gambienne Aisha Fatty

La fille de Mansour Faye, les 25 millions, policiers corrompus : Rebondissement

La fille de Mansour Faye, les 25 millions, policiers corrompus : Rebondissement

Poursuites judiciaires sur les fonds Covid : pourquoi ça coince

Poursuites judiciaires sur les fonds Covid : pourquoi ça coince

Réforme du système judiciaire : le chef de l’Etat appelle à un débat serein

Réforme du système judiciaire : le chef de l’Etat appelle à un débat serein

Journée internationale des casques bleus : trois militaires sénégalais honorés

Journée internationale des casques bleus : trois militaires sénégalais honorés

Saudi Pro League : Edouard Mendy termine la saison avec le plus de clean-sheets

Saudi Pro League : Edouard Mendy termine la saison avec le plus de clean-sheets

Culture : joie d'une mère dont le fils est nommé le plus jeune artiste au monde

Culture : joie d'une mère dont le fils est nommé le plus jeune artiste au monde

Santé : comprendre les troubles du comportement alimentaire (TCA) !

Santé : comprendre les troubles du comportement alimentaire (TCA) !

ADVERTISEMENT