Adji Sarr qui accuse Ousmane Sonko de viols répétitifs et menaces de mort a été entendue hier, durant 5 tours d’horloge par le juge du 8e cabinet. Et selon les informations recueillies L’Obs et Les Echos, la masseuse, s'est montrée particulièrement sereine.

Elle a maintenu ses accusations de viols dans un vocabulaire «cru » qui a parfois choqué le juge. Elle a fait de nouvelles révélations les unes plus torrides que les autres, lesquelles pourraient corser l'accusation. Elle a décrit son "viol" avec des détails précis et les "assauts" de Sonko sur elle. Adji Sarr a même donné des indications et signes sur le physique de son « présumé violeur », pour prouver ses accusations. Elle a décrit à la fois des scènes "salaces et violentes" qui semblent la "traumatiser". Elle a confié au juge qu'elle serait même impatiente de faire face à Sonko pour en dire plus et à le confondre.

Des propos similaires à ceux d'un de ses avocats, en l'occurrence Me Al Hadji Diouf, au sortir l’audition de sa cliente, Me Elhadj Diouf : "Madame Adji Sarr a été entendue par le juge d’instruction du 8ème cabinet aujourd’hui. Je ne vous dirais rien par rapport au dossier. L’instruction est secrète. Ma cliente a le moral. Elle est sûre d’elle. Elle a répondu à toutes les questions du Juge", a déclaré la robe noire au sortir du siège du 8ème cabinet.