Accord céréalier en Mer Noire : Poutine pose ses conditions

La Russie n’exclut pas de revenir à l’accord sur les céréales qu’elle a quitté cette semaine. Mais pas à n’importe quel prix. Mercredi, Vladimir Poutine a posé les conditions d'un éventuel retour de son pays.

Russian President Vladimir Putin.GAVRIIL GRIGOROV/SPUTNIK/AFP via Getty Images

"La première [exigence pour le retour de la Russie dans l'accord sur les céréales] est le retrait des sanctions sur les livraisons de céréales et d'engrais russes sur les marchés mondiaux. Deuxièmement, il faut lever tous les obstacles auxquels se heurtent les banques et les institutions financières russes qui assurent l'approvisionnement en denrées alimentaires et en engrais. Nous parlons de leur connexion immédiate au système de règlement bancaire international SWIFT. Nous n'avons besoin ni de promesses ni d'idées à ce sujet. Nous avons besoin que ces conditions soient remplies.'', a déclaré le président russe.

Vladimir Poutine a déclaré que la Russie avait fait preuve de "miracles d'équilibre et de tolérance" en prolongeant l'accord à plusieurs reprises. Il a toutefois accusé les pays occidentaux d'utiliser l'accord à des fins de "chantage politique".

"Au lieu d'aider les pays qui en ont réellement besoin, l'Occident a utilisé l'accord sur les céréales à des fins de chantage politique et en a fait un outil d'enrichissement des sociétés transnationales et des spéculateurs sur le marché mondial des céréales", a-t-il déclaré.

Peu avant cette sortie, Moscou a déclaré que les cargos se dirigeant vers les ports ukrainiens de la mer Noire seraient considérés comme pouvant transporter des cargaisons militaires. L'accord sur les céréales, négocié par les Nations unies et la Turquie, a permis l'exportation de plus de 32 millions de tonnes de céréales ukrainiennes en 2023.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT