ADVERTISEMENT

Gambie : coup d’État déjoué, Adama Barrow exige la lumière

Après la tentative de putsch déjouée le 21 décembre contre le Président Adama Barrow, une commission a été mise en place pour enquêter sur les circonstances du coup d'Etat. Elle devrait rendre son rapport d'ici un mois.

Adama Barrow lors du forum économique Russie-Afrique, à Sotchi, en octobre 2019 © Valery Sharifulin/TASS/Sipa USA/SIPA

Selon le porte-parole du gouvernement, Ebrima G. Sankareh, une commission d'enquête dont la mission est de faire la lumière sur la tentative de coup d'État manquée il y a quelques jours, a été mise sur pied le 27 décembre. Ladite commission est composée de onze personnes, dont des membres du ministère de la Justice, de la police, de l’armée et des services de renseignement.

ADVERTISEMENT

Elle a « trente jours pour enquêter, préparer et soumettre (son rapport) », a annoncé M. Sankareh.

Par ailleurs, les enquêteurs pourront déjà s’appuyer sur quelques avancées. En effet, les autorités gambiennes ont annoncé l’arrestation d’un capitaine et d’un lieutenant au cours du week-end du 25 décembre. En outre, cinq autres soldats ont été arrêtés dans le cadre de l’enquête et au moins deux autres sont toujours recherchées.

Quant aux acteurs politiques soupçonnés de faire partie des instigateurs du putsch manqué, un ancien ministre des Affaires présidentielles sous le régime de Yahya Jammeh et un opposant et membre du Parti démocratique unifié (UDP) ont également été placés en détention.

Avec cette tentative de coup d'État en Gambie, la zone ouest-africaine fait face à un énième incident similaire. En effet, depuis 2020, le Mali, le Burkina Faso et la Guinée ont vu la grande muette s'emparer du pouvoir. En Guinée-Bissau, le président Umaro Sissoco Embaló a réussi à conserver son fauteuil, mais de justesse.

Pour l'heure, malgré les condamnations de la "communauté internationale", le pire reste à venir en l'absence de mécanismes juridiques et financiers robustes. Il y a cependant des raisons d'être optimiste, d'autant plus que début décembre, la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a annoncé la création d'une force régionale chargée d'intervenir dans un pays en cas de coup d'État.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Affaire Sweet Beauté : l'ancien procureur Serigne Bassirou Guèye répond à Sonko

Affaire Sweet Beauté : l'ancien procureur Serigne Bassirou Guèye répond à Sonko

L'ex-champion de boxe Mike Tyson à nouveau visé par une plainte pour viol

L'ex-champion de boxe Mike Tyson à nouveau visé par une plainte pour viol

'L'homosexualité n'est pas un crime, mais un péché’, selon Pape François

'L'homosexualité n'est pas un crime, mais un péché’, selon Pape François

Burkina Faso : Paris rappelle son ambassadeur

Burkina Faso : Paris rappelle son ambassadeur

Procès de l'ex-président Abdel Aziz : la guerre des avocats est lancée

Procès de l'ex-président Abdel Aziz : la guerre des avocats est lancée

Mercato de janvier : tout ce qu’il faut savoir avant la date limite

Mercato de janvier : tout ce qu’il faut savoir avant la date limite

Maladie, maraboutage : toute la vérité sur l'absence de Amina Poté

Maladie, maraboutage : toute la vérité sur l'absence de Amina Poté

 Me El Hadji Diouf menacé de plainte

Me El Hadji Diouf menacé de plainte

Magal de Porokhane : 600 GMI et 500 gendarmes déployés

Magal de Porokhane : 600 GMI et 500 gendarmes déployés

ADVERTISEMENT