Surpêche dans le monde : Greenpeace tire la sonnette d’alarme

Au fil des cinq dernières années, la surpêche dans les eaux internationales a atteint un niveau alarmant, mettant en péril nos précieux écosystèmes marins. Dans un rapport publié récemment, Greenpeace alerte et exhorte la « communauté internationale » à ratifier le traité sur la haute mer lors de la prochaine assemblée générale des Nations Unies à New York.

© SONNY TUMBELAKA / AFP

Ce rapport, dévoilé mercredi par Greenpeace, révèle une augmentation inquiétante de la surpêche dans les eaux internationales au cours des cinq dernières années. Greenpeace indique également une augmentation de 8,5 % des heures de pêche en haute mer entre 2018 et 2022, soulignant ainsi la gravité de la situation. De plus, le rapport met en lumière une triste réalité : en trente ans, les stocks de thons rouges du Pacifique ont chuté de plus de 90 %. Greenpeace pointe également du doigt les ravages causés par la pêche à la palangre en haute mer, une méthode utilisant des lignes garnies de milliers d'hameçons appâtés s'étendant sur des dizaines de kilomètres. Cette pratique destructrice capture de nombreux requins par erreur, aggravant encore la situation.

Les conclusions de Greenpeace renforcent l'impératif de ratifier le traité international récemment élaboré pour la protection de la haute mer, en vue de créer des sanctuaires marins. L’ONG appelle instamment les nations du monde entier à signer ce traité lors de l'assemblée générale de l'ONU prévue la semaine prochaine.

Le traité, dont le texte final a été achevé en juin, a été acclamé comme un accord « historique » offrant une protection accrue à nos océans, dont la santé est vitale pour la survie de l'humanité. L'une de ses mesures phares consiste à établir des aires marines protégées en haute mer, couvrant les zones situées à plus de 370 kilomètres des côtes.

Pour qu'il entre en vigueur avant la prochaine conférence de l'ONU sur les océans en juin 2025, le traité doit être signé et ratifié par au moins 60 pays. Une fois cette étape franchie, une Conférence des parties sera convoquée. Elle aura le pouvoir de créer des sanctuaires marins essentiels à la préservation de la biodiversité marine.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT