Mali : L’Onu, la Cedeao et l’UA menacent les putschistes

Le Président Bah N’daw et son Premier ministre Moctar Ouane sont toujours retenus dans le camp militaire de Kati.

Bah Ndaw

Du côté de la communauté internationale, la « tentative de coup de force » est condamnée dans un communiqué commun de la mission de l'ONU au Mali (Minusma), la Communauté des États ouest-africains (Cédéao), l'Union africaine, la France, les États-Unis, le Royaume-Uni l'Allemagne et l'Union européenne. C'est la première prise de position depuis le début de l'affaire.

Le comité local de suivi de la transition composé de tous les représentants de la communauté internationale au Mali s'inquiète et exige « la libération immédiate et inconditionnelle » des autorités de transition arrêtées. Et comme pour montrer sa fermeté, le comité ajoute dans le même communiqué que les auteurs de l'arrestation du Premier ministre et du président de la transition « seront personnellement rendu responsables de leur sécurité ».

De son côté, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé lundi dans un tweet « au calme » au Mali et à la « libération inconditionnelle » de ses dirigeants civils, arrêtés dans la journée par les militaires. « Je suis profondément préoccupé par les informations sur l'arrestation des dirigeants civils chargés de la transition au Mali », a-t-il ajouté dans son message.

Le chef de la Minusma, El Ghassim Wane, est rentré en urgence à Bamako, hier soir, alors qu’il était en visite dans le centre du pays et le médiateur de la Cédéao dans la crise malienne et ex-président nigérian, Goodluck Jonathan est attendu à Bamako ce mardi.

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ PULSE!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn