Sénégal : Triple faillite autour de Karim Wade

« Ne soyez pas pressés, vous allez voir le candidat Karim Wade très bientôt comme vous avez vu sa caution. Il n’est pas un candidat comme les autres. Il n’est pas sorti de ce pays volontairement. Et son retour se fera de la meilleure manière possible ». Ainsi, parle Abdoulaye Racine Kane le mandataire du candidat du Parti démocratique Sénégalais par ailleurs trésorier du Pds.

Karim Wade

Une réponse vague sur la question du retour de Karim au Sénégal. C’est ainsi depuis son exil forcé en 2016 à la suite d’une condamnation par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) aujourd’hui enterrée, un emprisonnement et une grâce faite dans la plus grande nébulosité. Que d’incertitudes autour d’un candidat qui ne fait vraiment rien pour « exister ».

Son statut d’exilé sur qui pèse une amende 134 milliards n’est pas pour arranger les choses. Un candidat vraiment infirme. Du Qatar où il est, si Karim parvient à être le candidat du Parti démocratique sénégalais (Pds), c’est qu’il y a une triple faillite. Faillite des responsables du Pds qui ont longtemps accepté le diktat de Wade défini comme la seule constante avec tout ce que ce terme renferme d’unilatéralisme.

Mises à part quelques molles résistances, le « Pape du Sopi » a toujours dominé son monde jusqu’à devenir « maître de lui comme de son univers ». Faillite de Wade lui-même qui a été obligé de soutenir farouchement son fils pour le tirer d’affaire tout en sachant comme en 2019, que sa candidature était impossible.

Le vieux n’a pas su créer à temps une alternative qui aurait pu lui éviter bien des souffrances. Mais le pouvoir aussi a failli. La traque initiée à grands renforts médiatiques, n’a pas donné les résultats escomptés. Nombre de pontes de l’ancien régimes accusés, ne sont pas inquiétés. Seul Karim est « fautif ». Cette façon parcimonieuse de procéder donne raison à ceux qui pensent que Wade-fils était la seule cible de Macky.

Un tel constat fait que Karim de même que son papa n’oublieront jamais les humiliations subies, les charges les plus farfelues, les accusations graves. Ils ne font que ruminer leur colère sans bruit. En attendant l’heure de la vengeance, ce plat qui se mange froid. Macky en est sans doute conscient.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Libération de Sonko et Diomaye Faye : la bonne nouvelle annoncée par Macky Sall

Libération de Sonko et Diomaye Faye : la bonne nouvelle annoncée par Macky Sall

Le coup de gueule de Macky contre la presse internationale

Le coup de gueule de Macky contre la presse internationale

Macky Sall : « La liberté provisoire de Diomaye dépend de ses avocats »

Macky Sall : « La liberté provisoire de Diomaye dépend de ses avocats »

Libération de Sonko et de Bassirou : le président Macky Sall veut un climat d'apaisement

Libération de Sonko et de Bassirou : le président Macky Sall veut un climat d'apaisement

Macky Sall : 'je quitterai le pouvoir le 2 avril 2024'

Macky Sall : 'je quitterai le pouvoir le 2 avril 2024'

USA : en Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître

USA : en Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître

Suivez en direct l'entretien de la presse avec le Président Macky Sall

Suivez en direct l'entretien de la presse avec le Président Macky Sall

Diodio Glow Skin: la femme d'affaires livre les clés de sa réussite

Diodio Glow Skin: la femme d'affaires livre les clés de sa réussite

La journaliste Absa Hane porte plainte contre la police nationale

La journaliste Absa Hane porte plainte contre la police nationale

ADVERTISEMENT