Affaire Boffa Bayotte : pas de liberté provisoire pour René Capin Bassène et Omar Ampoi Bodian

L'affaire du massacre des coupeurs de bois dans la forêt de Boffa Bayotte refait surface. En lieu et place du procès en appel de cette tuerie, c’est un examen tout court de la demande de mise en liberté provisoire qui s’est déroulée ce vendredi à la Cour d’appel du tribunal de Ziguinchor.

Massacre Bofa bayotte

Selon la RFM, la Cour d’appel de la Chambre criminelle de Ziguinchor a rejeté la demande de mise en liberté provisoire introduite par Me Ciré Clédor Ly, avocat de René Capin Bassene et de Omar Ampoi Bodian. René Capin Bassene, Omar Ampoi Bodian ainsi que le chef rebelle Cesare Atoute Badiate qui lui a été jugé par contumace ont été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité par la justice sénégalaise, le 13 juin 2022.

Le 6 janvier 2018, 14 coupeurs de bois avaient été sauvagement tués dans la forêt classée de la Casamance, précisément à Boffa Bayotte. Un massacre qui avait choqué à l’époque tout le pays, notamment les populations de la région du Sud.

Poursuivis dans cette tuerie, César Atoute Badiate, René Bassène, et Oumar Ampoï Bodian, présenté comme un membre du mouvement indépendantiste MFDC, ont tous les trois étés condamnés, le 13 juin 2022, à la prison à perpétuité par le tribunal de grande instance de Ziguinchor. Ces derniers étaient poursuivis pour 14 chefs d’inculpation dont association de malfaiteurs, participation à un mouvement insurrectionnel et complicité d’assassinat.

Deux (2) autres accusés dans ce dossier avaient écopé d’une peine de six (6) mois de prison avec sursis pour détention d’armes sans autorisation. Dix (10) autres mis en cause avaient bénéficié d’un acquittement après plus de cinq (5) ans de détention.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT