Assurance maladie : ils sont 4.480. 980 bénéficiaires

Près de 5 millions de Sénégalais ont pu bénéficier d’une assurance maladie. Dans le détail, ils sont 2442. 104 cotisants et plus de 2 millions de non cotisants, a déclaré le Directeur général de la CMU, le docteur Mamadou Bocar Daff.

Mamadou Daff DG CMU

Docteur Bocar Mamadou Daff, Directeur général de l’Agence de la CMU depuis 2017, parle de la prise en charge de la couverture maladie mais aussi de la dette due aux hôpitaux.

14 795 000 enfants pris en charge gratuitement

Quid de la gratuité des soins ? La CMU a pris en charge plus de 14 millions d’enfants de moins de cinq ans durant 7ans. Daff précise que ces enfants sont traités par épisode, c’est-à-dire un enfant peut venir, une fois, deux fois ou 3 fois. "Nous avons aussi pris en charge 650 000 personnes âgées de 60 ans et plus dans le cadre du Sésame", a-t-il révélé, repris par Bes-Bi. Avant d’ajouter : "On a également pris en charge près de 150 000 cas de césarienne pour les femmes enceintes. Nous avons eu plus de 15000 séances de dialyse pour une cohorte de 5000 et quelques personnes."

Ce n’est pas. 150 000 actes césariennes, plus de 850 000 séances d’hémodialyse ont été effectuées dans les structures sanitaires grâce à la CMU ces dix dernières années. Le financement de ce programme a été effectué par l’Etat pour un montant de 180 milliards FCFA. Il souligne qu’il y a eu un glissement et qu’il sont partis pour prendre en charge les soins hospitaliers, la chirurgie, le scanner…

ADVERTISEMENT

Mais à côté de cela, il y a l’assurance maladie à partir des mutuelles de santé dont les bénéficiaires sont estimés à 4.480.980 dont 2.442.104 cotisants et plus de 2 millions de non cotisants. C’est dire que 53,6% de la population sénégalaise couverte grâce à ces régimes d’assistance.

La dette des hôpitaux est à 15 milliards FCFA

"Le 30 avril 2023, nous étions à 15 milliards de dettes, mais le gouvernement, avec notre budget de 23 milliards, et le surplus de 10 milliards qu’on nous a accordés, cela nous per- mettra de régler cette question-là". Il ajoute : "Les gens s’accrochent souvent à cette dette, mais je l’appelle simplement un retard de paiement, car une fois que l’Etat a engagé les gens à utiliser cette procédure là pour soigner les populations, il prendra les dispositions pour payer. C’est vrai que cela peut prendre du temps avec les lenteurs administratives, mais, de plus en plus, les prestataires de soins commencent à le comprendre."

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Tivaouane peulh : un promoteur immobilier réclame un hectare à une paroisse

Tivaouane peulh : un promoteur immobilier réclame un hectare à une paroisse

Cinéma : Vers une Terre Inconnue, le film palestinien à Cannes

Cinéma : "Vers une Terre Inconnue", le film palestinien à Cannes

Justice : Bah Diakhaté sera jugé en flagrant délit le 27 Mai prochain

Justice : Bah Diakhaté sera jugé en flagrant délit le 27 Mai prochain

Reforme de la Justice : la Présidence lance Jubbanti

Reforme de la Justice : la Présidence lance ”Jubbanti”

Guinée : prison à perpétuité requise contre Moussa Dadis Camara et Cie

Guinée : prison à perpétuité requise contre Moussa Dadis Camara et Cie

Changement climatique : 50% des écosystèmes de mangroves menacés

Changement climatique : 50% des écosystèmes de mangroves menacés

Tunisie : deux chroniqueurs condamnés à un an de prison

Tunisie : deux chroniqueurs condamnés à un an de prison

Une baisse des prix de la connexion internet à partir de...

Une baisse des prix de la connexion internet à partir de...

Revue des finances publiques : Ousmane Sonko fouille Macky Sall

Revue des finances publiques : Ousmane Sonko fouille Macky Sall

ADVERTISEMENT