ADVERTISEMENT

Rebeuss : une restauratrice accusée d'avoir planqué de la drogue dans un plat de niébé

Une sordide affaire de trafic de drogue éclabousse la prison de Rebeuss où une restauratrice est accusée d'avoir planqué de la drogue dans un plat de niébé destiné à un détenu.

Prison de Rebeuss

Mohamed Niakhasso et à Marcel Dasylva, deux prisonniers qui purgent leur peine à Rebeuss ont été épinglés pour trafic présumé de drogue. La raison ? un cornet de chanvre indien a été découvert dans un plat qui leur étaient destinés. Leur restauratrice, Ndjira Kama, qui tient une gargote devant la Maison d’arrêt de Rebeuss depuis une dizaine d'année, a elle aussi été arrêtée.

ADVERTISEMENT

Le jour de son arrestation, elle aurait commissionné le frère de son présumé complice qui a remis aux matons un plat contenant un cornet de l’herbe illicite. C'est après vérification que les gardes pénitentiaires ont découvert le produit prohibé.

Le plat dans lequel la drogue était dissimulée était destiné aux prisonniers Mohamed Niakhasso et Marcel Dasylva. Et, c'est le premier nommé qui a provoqué l'arrestation de la restauratrice, Ndjira Kama. Mais cette dernière sera finalement relaxée au bénéfice du doute. En effet, depuis 10 ans, Kama se présente au guichet avec sa carte d’identité pour livrer des repas aux détenus. De plus, le jour des faits, c'est le frère de Niakhasso et non elle, qui s'était présenté à l'entrée de la maison d'arrêt et de correction de Rebeuss.

« Elle est une victime. Tous ceux qui gravitent autour de la maison d’arrêt de Rebeuss la connaissent », a relevé Me Assane Dioma Ndiaye, lors de sa plaidoirie, soulignant que sa cliente est réputée être correcte. Pour l'avocat, on ne peut pas lui reprocher la détention d’un produit prohibé.

Pour sa part, comparaissant à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour association de malfaiteurs et incitation à l'offre ou à l'usage de chanvre indien, Niakhasso, dit être victime d'un complot.

Pour le parquet, les prévenus étaient bel et bien les destinataires de la drogue. Dans la mesure où leurs noms et numéros de chambres figuraient sur les colis. Pour leur répression, elle a sollicité deux ans de prison ferme. Le juge rendra son verdict le 15 avril prochain.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

'Leumbeul time' : les excuses de Mame Ndiaye Savon à la Oummah islamique

'Leumbeul time' : les excuses de Mame Ndiaye Savon à la Oummah islamique

Mort du couturier Paco Rabanne à l'âge de 88 ans !

Mort du couturier Paco Rabanne à l'âge de 88 ans !

Douleur, haine, extase : clap de fin de la saison 1 de 'Salma'

Douleur, haine, extase : clap de fin de la saison 1 de 'Salma'

Sénégal : les « engraisseurs » de Sonko [Opinion du Contributeur]

Sénégal : les « engraisseurs » de Sonko [Opinion du Contributeur]

Gestion 'nébuleuse' du Fonds Covid-19 : une plainte collective et une pétition lancées

Gestion 'nébuleuse' du Fonds Covid-19 : une plainte collective et une pétition lancées

'7 seconds' de Youssou N’Dour dans le Billboard Hot 100

'7 seconds' de Youssou N’Dour dans le Billboard Hot 100

Huit (8) Africains nominés aux Grammy Awards 2023

Huit (8) Africains nominés aux Grammy Awards 2023

Industrie hôtelière africaine : 90% des acteurs optimistes pour 2023/2024 (rapport)

Industrie hôtelière africaine : 90% des acteurs optimistes pour 2023/2024 (rapport)

Elle étrangle son bébé et se rend à l’état civil pour obtenir un certificat d’inhumation

Elle étrangle son bébé et se rend à l’état civil pour obtenir un certificat d’inhumation

ADVERTISEMENT