Réseau de l’Onas saboté : les 'protégées' de Serigne Mountakha jugées jeudi

Placées sous mandat de dépôt à la Maison d’arrêt et de correction de Diourbel, les femmes qui ont été arrêtées mercredi dernier à la suite des actes de sabotage perpétrés sur les tuyaux d’évacuation des eaux pluviales de Touba seront jugées en flagrant délit. L’audience se tiendra jeudi prochain au tribunal de grande instance de Diourbel.

Tribunal de Diourbel

A quelques jours du Magal, le système d’évacuation des eaux de l’Office national de l’assainissement du Sénégal à Touba a été victime de sabotage. . Des actes de sabotage ont été constatés sur des flexibles qui ont été sectionnés par des individus intentionnés à hauteur de la mairie de Touba, rapportait Le Quotidien. Les flexibles sectionnés servent à l’écrêtement à prévenir des inondation. L’Office national de l’assainissement du Sénégal condamne fermement les attaques répétitives et les sabotages du système d’évacuation des eaux de pluies et porte plainte devant le procureur pour identifier et punir les auteurs de ces actes d’incivisme.

Pour l’Onas, ce sont des « actes ignobles » dont le dessein est de « provoquer des inondations et par ricochet la colère d’éventuelles victimes, avec le sectionnement des flexibles du dispositif d’évacuation des eaux pluviales, et par conséquent de provoquer des inondations par endroits.

Trois suspectes, trahies par des caméras de surveillance, ont été arrêtées à Touba. Elles sont poursuivies suite à une plainte de l’Office national de l’assainissement (Onas). Placées sous mandat de dépôt à la Maison d’arrêt et de correction de Diourbel, les femmes qui ont été arrêtées mercredi dernier à la suite des actes de sabotage perpétrés sur les tuyaux d’évacuation des eaux pluviales de Touba seront jugées en flagrant délit. L’audience se tiendra jeudi prochain au tribunal de grande instance de Diourbel.

D’ailleurs, le khalife général des mourides avait intercédé en faveur de ces femmes lors de la visite que le ministre Serigne Mbaye Thiam avait effectuée vendredi passé à Touba Selon Serigne Mountakha, ces trois dames ont totalement ignoré la gravité de leurs actes dans le seul souci d’empêcher les eaux de pluie d’envahir leurs domiciles, alors qu’elles sont dans l’attente de leurs hôtes pour célébrer le Grand Magal de Touba. « Qu’on ne les tienne pas rigueur, elles n’ont pas agi ainsi pour saboter le réseau de l’Onas », avait fait savoir le khalife.

Pour l’Onas, qui se démène pour réduire les risques d’inondations avec des investissements d’une cinquantaine de milliards con-sentis par l’Etat, le but inavoué de ces actes ignobles est de « provoquer des inondations et par ricochet la colère d’éventuelles victimes ». C’est le deuxième acte de sabotage après que des véhicules ont été immobilisés aussi sur les circuits d’évacuation des eaux.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT