Sénégal : la fièvre de Crimée-Congo fait une première victime

Après la maladie mortelle du virus Ebola, la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (CCHF) réapparait au Sénégal. Quatre cas ont été signalés dont une femme décédée.

La fièvre hémorragique de Crimée-Congo est une maladie courante provoquée par un virus (Nairovirus) de la famille des Bunyaviridae, transmis par les tiques.

Considéré comme l'un des plus dangereux au monde, le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo est entré au Sénégal. L’annonce est faite par le ministère de la Santé. a maladie a été détectée au début du mois d’aout 2022 chez une patiente de 43 ans.

La femme, originaire de Podor dans la région de Saint-Louis, serait le cas index. Elle a commencé à se plaindre de maux de tête, de fatigue et de symptômes hémorragiques dès le 20 juillet dernier, mais elle ne consulte qu’une quinzaine de jours plus tard, soit le 5 aout.

Les prélèvements faits le lendemain confirment la présence de la fièvre hémorragique de la Crimée-Congo, une maladie répandue causée par un virus transmis par les tiques. La prise en charge rapide n’aura pas permis de la sauver.

« Elle est décédée le 7 aout », renseigne la note de l’Oms confirmée par le ministère sénégalais de la Santé. La défunte s’était déplacée en Mauritanie au début du mois de juillet dernier, pays exposé à e nombreuses épidémies telles que la rougeole, la polio et la fièvre hémorragique.

La Mauritanie a enregistré dès le mois de février 2022 deux cas de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo et le dernier cas de suivi faisait état d’un total de 6 personnes infectées dont deux décès.

ADVERTISEMENT

Outre la Podoroise décédée, le Sénégal a détecté trois autres cas de la maladie. Le premier et le deuxième cas, deux femmes, ont été notifiés respectivement au mois de février dernier dans le district de Koumpentoum (région de Tambacounda) et au mois de mai dernier dans le district sanitaire de Matam. Un homme a été touché par la maladie à Podor. Il s’agit d’un cas contact de la Podoroise décédée.

La fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC) est une maladie courante provoquée par un virus (Nairovirus) de la famille des Bunyaviridés, transmis par les tiques. Il provoque des flambées de fièvre hémorragique virale sévère, avec un taux de létalité de 10 à 40%.

La maladie peut se transmettre aussi de personne à personne, lors de l’inhalation de gouttelettes infectées (toux, éternuement) ou par un contact direct avec du sang ou des excréments/sécrétions de personnes infectées (selles, urine, vomi, sueur, sperme).

Si les signes de la maladie sont nombreux (fièvre, douleurs musculaires, maux de tête, vertiges, sensibilité des yeux à la lumière, sauts d'humeur, diarrhées et somnolence), aucun vaccin ne permet à ce jour de la soigner, chez les humains ou les animaux. De quoi inquiéter les Sénégalais face à une éventuelle propagation de cette maladie.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Véhicules de la Présidence volés : Nafissatou Diouf blanchie

Véhicules de la Présidence "volés" : Nafissatou Diouf blanchie

Baisse des prix : le gouvernement  rend publiques ses mesures jeudi 13 juin

Baisse des prix : le gouvernement rend publiques ses mesures jeudi 13 juin

Président Diomaye procède à de nouvelles nominations

Président Diomaye procède à de nouvelles nominations

Les comptes de Walfadjri (aussi)  bloqués

Les comptes de Walfadjri (aussi) bloqués

Séquestration de Paul Pogba : le parquet demande un procès pour son frère Mathias

Séquestration de Paul Pogba : le parquet demande un procès pour son frère Mathias

Dépression du vagin :  une vulvodynie méconnue des femmes

Dépression du vagin : une vulvodynie méconnue des femmes

Touba : un employé d'une école, abuse d'une fille de 9 ans

Touba : un employé d'une école, abuse d'une fille de 9 ans

Marseille : Iliman Ndiaye reste, Ismaïla Sarr sur le départ

Marseille : Iliman Ndiaye reste, Ismaïla Sarr sur le départ

Medina : ils volent leur employeur pour aller au Nicaragua

Medina : ils volent leur employeur pour aller au Nicaragua

ADVERTISEMENT