Après la série de manifestations notée hier, entre Dakar et certaines localités de l’intérieur du pays dont Ziguinchor et Louga, entre autres, la ville de Bignona, un des fiefs de l’opposant Ousmane Sonko, est entrée dans la danse, ce mardi matin, 9 février. La matinée y a été mouvementée. Le rassemblement à l’appel des soutiens du député et président du parti Pastef/Les Patriotes s’est transformée en guérilla urbaine, avec des pneus calcinés, la circulation bloquée et une intifada avec les forces de l’ordre.

Sur place, des commerces ont été fermés. Deux manifestants ont été d’ailleurs, arrêtés dont le responsable départemental du parti, Lamine Badji, actuellement à la Gendarmerie de Bignona, a rapporté Sud FM.

Une manifestation qui s’est faite en plusieurs actes. D’abord, les élèves ont été délogés par les militants de Pastef, paralysant le système scolaire.

Ensuite, les élèves renforçant le groupe de manifestants, délogent leurs autres camarades, brûlent des pneus sur la route, bloquant la circulation pendant quelques heures.

Enfin, devant la forte mobilisation des manifestants, l’Armée est venue en renfort, se déployant dans quelques points stratégiques, et sécurisant les stations d’essence avant de se retirer, laissant sur place les forces de l’ordre qui parviennent à disperser la foule.

La tension retombe mais elle reste tout de même latente, à Bignona, où les partisans de Sonko se disent déterminés à protéger leur leader accusé de viols répétés et menaces de mort par la masseuse, Adji Sarr, 21 ans, du salon ’’sweet beauté Spa’’.

Hier, la série de manifestations a conduit à l’arrestation d’une quarantaine de personnes. Cinq blessés sont également signalés.