Boulaye Dia: "J'ai quitté le football un moment (…) faute de revenus"

Dans un entretien avec Marca, l'attaquant sénégalais de Villarreal se souvient de ses débuts difficiles dans le football, Electricien de formation, il a dû quitter le football.

Boulaye Dia

.

Vous venez de remporter la finale de la Coupe d'Afrique aux tirs au but avec le Sénégal, le moral à son comble pour affronter la dernière ligne droite de la saison et le retour en Ligue des Champions.

C'était un grand match, digne d'une grande finale. C'est sans aucun doute ma meilleure expérience professionnelle, mon meilleur moment. Nous avons pu gagner la première Coupe de notre pays, avec toutes les émotions que cela comporte. Tout le pays l'a célébré et cela me rend immensément heureux.

Nous avons vu la passion avec laquelle le football se vit au Sénégal. Les célébrations ont été formidables. Avec quelle image restes-tu de tout ce qui a été vécu ?

C'est fou. On s'imaginait déjà qu'on allait être reçu massivement après avoir gagné la Coupe, mais pas tant que ça ! Quand nous sommes arrivés à Dakar, il y avait des millions de personnes, tout un pays dans les rues pour nous accueillir. Notre bus pouvait à peine avancer. Cela a été quelque chose de très important pour eux, pour tout le monde, pour toutes nos familles. Tout était très excitant. A notre arrivée à Dakar il y avait des millions de personnes dans la rue pour nous accueillir, le bus pouvait à peine bouger

Toute votre famille est sénégalaise, elle a émigré en France. Son père est un grand fan de football qui a joué de manière amateur. Pour eux, cela a dû être une immense fierté de voir leur fils écrire l'histoire de leur pays ?

Mon père m'appelait après chaque match pour me dire si nous avions bien ou mal joué. Juste au moment où l'arbitre a donné le coup de sifflet final, il m'a envoyé un message émouvant, me disant qu'il était très fier de moi, que toute la famille l'était et que je suis sûr que tout le pays l'était. Cela m'a rendu très heureux.

Mane, Koulibaly, Mendy, Diallo, Gueye, Día... Le Sénégal a réuni une grande génération, sera-ce enfin l'équipe africaine qui pourra rivaliser avec les grands du football européen et mondial ?

Je suis très fier de faire partie de cette génération et de cette équipe. Ce sont de grands joueurs qui me donnent des conseils, ils vont tous dans le même sens, sans ego et avec le même objectif. J'espère que le Sénégal est cette équipe qui peut rivaliser avec les grands du football. Maintenant, nous avons un match nul contre l'Égypte pour nous qualifier pour la Coupe du monde au Qatar. Il y a une bonne génération et on espère arriver et faire une belle Coupe du monde.

Votre grande référence est Sadio Mané. Comment est-il en tant que partenaire?

Sadio est une personne formidable, très discrète, humble et travailleuse. Il se comporte comme un de plus et donne des conseils au reste de ses collègues.

Vos débuts dans le football n'ont pas été faciles ?

Cela a été un processus très long et très compliqué. C'est vrai qu'il y a eu beaucoup de situations ratées, il ne peut pas entrer dans certains clubs et c'était dur quand il était jeune. J'ai même dû abandonner le football pendant un certain temps. J'ai dû aider ma famille et il fallait un revenu qui ne provenait pas du football et j'ai dû commencer à travailler. Mais je n'ai pas perdu espoir. Dans ma tête, il y avait l'illusion de revenir et de réussir un jour. Je jouais en quatrième division et l'opportunité s'est présentée de faire le saut dans une équipe de troisième division que je n'ai pas ratée. Je voulais y aller étape par étape et je l'ai fait. Quand j'ai eu l'opportunité de sauter le pas, ma priorité était le Premier, mais j'ai opté pour Villarreal.

La saison dernière, déjà en Ligue 1, tu as marqué huit buts lors des huit premières journées, avec une meilleure moyenne que Mbappé ?

Tout a été très rapide. J'ai fini par marquer 14 buts dans l'élite et les propositions sont venues. J'ai eu l'opportunité de faire le saut dans une équipe à grandir, comme Villarreal. Mais même si c'était très rapide, je me sens préparé. Ma priorité était peut-être le premier ministre, mais cela ne m'a pas fermé des portes. Et j'ai opté pour Villarreal.

Tu arrives dans une équipe avec beaucoup de compétition en tête : Alcácer, Gerard, Samu, Danjuma... Est-ce que ça rend les choses plus difficiles ?

Ce n'est pas difficile, la compétition est normale et habituelle dans le football. Il n'y a pas de problème car tout le monde veut être meilleur. Entre attaquants c'est normal parce que chacun veut faire de son mieux. Tant que cette compétition est saine et aide à grandir, c'est positif pour tout le monde. Emery m'a beaucoup aidé, il peut parler à tout le monde en anglais, français, espagnol… j'ai compté sur sa compréhension.

Vous avez dû passer par un processus d'adaptation à un nouveau football, et Unai Emery a demandé de la patience avec vous.

Oui, le football espagnol est différent du football français et une période d'adaptation était logique, mais j'ai eu la compréhension de l'entraîneur, qui m'a beaucoup parlé, m'a aidé et m'a donné des conseils. Il peut parler à tout le monde en anglais, français, espagnol... Quand je suis allé à la Coupe d'Afrique, j'étais déjà au meilleur de ma forme, avec trois buts en deux matchs et quelques passes décisives. Ce ne sera pas un problème car après avoir remporté le titre, j'arrive avec beaucoup de motivation et d'énergie positive pour revenir à ce moment-là.

Qu'est-ce que ça fait de jouer en compagnie d'un des grands attaquants de la Liga comme Gerard Moreno ?

C'est un cadeau. Un joueur d'une telle qualité technique qui lui permet de faire tout ce qu'il veut. Cela nous rend également meilleurs que les autres, nous pouvons avoir plus d'espaces et mieux jouer notre jeu. Je profite de sa qualité et de ce qu'il fait.

Après être passé de devoir concilier football et travail pour vivre pour gagner la Coupe d'Afrique et disputer la Ligue des champions, quel rêve vous reste-t-il à réaliser ?

Tout est allé très vite, je ne m'attendais pas en si peu d'années à passer du football amateur pour jouer la Ligue des Champions avec Villarreal ou gagner la Coupe d'Afrique. Je m'attendais à atteindre ce niveau, mais pas si vite. Maintenant que j'ai réalisé tout cela, mon prochain rêve est de disputer la Coupe du monde avec le Sénégal.

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Le message fort de Sadio Mané après l'élimination du Sénégal

Le message fort de Sadio Mané après l'élimination du Sénégal

L'Angleterre surclasse le Sénégal et file en quarts

L'Angleterre surclasse le Sénégal et file en quarts

CdM : Mbappé envoie la France en quarts !

CdM : Mbappé envoie la France en quarts !

Le marabout de Pogba pour envouter Mbappé est un Sénégalais

Le marabout de Pogba pour "envouter" Mbappé" est un Sénégalais

Evra se moque de Suarez sur les réseaux sociaux

Evra se moque de Suarez sur les réseaux sociaux

Affaire Amy Ndiaye : les deux députés de PUR arrêtés

Affaire Amy Ndiaye : les deux députés de PUR arrêtés

Mondial 2020 : l'Albiceleste est en quarts

Mondial 2020 : l'Albiceleste est en quarts

MMA : Reug Reug a battu l’Ouzbek Jasur

MMA : Reug Reug a battu l’Ouzbek Jasur

Connexion internet : le Sénégalais utilise 3,41Go par mois

Connexion internet : le Sénégalais utilise 3,41Go par mois