CAN 2024: «euphorie», «miracle», «équilibré», un tirage au sort qui fait beaucoup parler

Le tirage au sort de la Coupe d’Afrique des nations 2024, qui aura lieu en Côte d’Ivoire, du 13 janvier au 11 février 2024, a été effectué à Abidjan, jeudi 12 octobre. Tenant du titre, le Sénégal a notamment hérité d’un groupe relevé, avec le Cameroun.

CAN-2024-un-tirage-au-sort-qui-fait-beaucoup-parler

Les murmures ont traversé la salle lorsque Didier Drogba, dernier préposé au tirage, a sorti le nom du Sénégal pour le placer dans le groupe C. Pour le titre de « groupe de la mort », la poule C n’a en effet pas de rivale avec quatre pays qui étaient tous en huitièmes de finale lors de la dernière CAN.

ADVERTISEMENT

Sans surprise, cette poule a cristallisé les réactions à la fin du tirage. « C’est le groupe le plus difficile, lâche sans hésiter Tom Saint-Fiet, sélectionneur de la Gambie. Avant le tirage, on espérait un groupe moins difficile. On va faire tout pour aller au deuxième tour, mais il nous faut un miracle ».

Le champion en titre, le Sénégal, ne pouvait pas être plus durement servi avec un vieil ennemi, le Cameroun, et deux voisins qui rêvent de le terrasser. « Quand on arrive à une CAN, il n’y a pas de pire ou meilleur tirage, estime, Me Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football. On l’a vu avec l’Algérie sortie au premier tour en 2022. Il faudra être bons au tout début et montrer que nous sommes les champions sortants ».

Le sort a été un peu plus clément pour le pays organisateur, la Côte d’Ivoire, même si Didier Drogba se méfie. « Il y a l’euphorie du tirage au sort. Les Ivoiriens sont contents, ils ont hâte d’en découdre, mais cela ne sera pas une poule facile. Attention ! Le Nigeria fait partie des favoris et les deux Guinées, équatoriale et Bissau, vont vendre chèrement leur peau. »

ADVERTISEMENT

« La mort peut venir d’ailleurs… »

Le président de la Fédération ivoirienne de football tempère également les ardeurs. « Il n’y a aucun tirage facile, c’est un tirage difficile qui semble clément, nuance Idriss Diallo. Les groupes sont plus ou moins équilibrés, même si on a l’impression que le groupe de la mort, c’est le groupe du Sénégal, mais la mort peut venir d’ailleurs ».

En attendant, le sélectionneur des Éléphants, Jean-Louis Gasset va préparer ses joueurs pour que ces derniers soient prêts dès le match d’ouverture contre la Guinée-Bissau. « Bien entamer une compétition est très important et le 13 janvier, devant notre public, on répondra présent. »

Du côté du Burkina, logé dans la même poule que l’Algérie, la satisfaction vient du fait d’évoluer à Bouaké, pas loin de la frontière entre la Côte d’Ivoire et le Burkina, estime l’ancien international Aristide Bancé.

« C’est très bien pour les supporters parce que ça fait longtemps que le Burkina n’a pas joué devant son public. L’équipe évolue souvent au Maroc (Ndlr: le Burkina ne possède pas pour l’instant un stade aux normes de la CAF), aujourd’hui le peuple burkinabè a soif de foot et Bouaké n’est pas loin de Bobo Dioulasso et Ouagadougou, donc on aura de nombreux supporters en Côte d’Ivoire ».

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT