Dans cette tribu, si un bébé naît, un adulte doit mourir

En général, la naissance d'un bébé suscite la joie et la célébration dans la communauté au sein de laquelle elle a eu lieu. Mais dans la tribu kenyane des El Molo, la naissance suscite des sentiments contradictoires, car si elle donne lieu à des réjouissances, elle signifie aussi que quelqu'un doit mourir pour que la population reste inférieure à cent personnes.

El Molo

Les EL MOLO, connus sous le nom de chasseurs de la mer de Jade, sont l'une des 70 tribus du Kenya. Ils vivent principalement dans un petit village sur les rives du lac Turkana, au sud de Loiyangalani, dans le district sud de Masarbit, dans la province orientale du nord du Kenya. Ils sont également connus sous d'autres noms, notamment Elmolo, Dehes, Fura-Pawa et Ldes.

Les El Molo seraient au nombre de 99, comprenant des hommes, des femmes et des enfants. Leur langue est l'El Molo, qui appartient à la branche coushite de la famille des langues afro-asiatiques.

Le peuple El Molo est considéré comme une tribu unique en raison de ses croyances culturelles, coutumières et spirituelles, dont l'une est que lorsqu'un bébé naît, quelqu'un d'autre doit mourir pour maintenir l'équilibre entre la vie et la mort.

Afrimax English a récemment visité la communauté El Molo pour faire la lumière sur leur culture, leurs moyens de subsistance et leur accès aux services nécessaires, entre autres.

La croyance du peuple El Molo est que sa population ne doit pas dépasser quatre-vingt-dix-neuf (99) personnes, de sorte que lorsque des enfants naissent, certaines personnes qui ont eu la chance de vivre doivent mourir pour maintenir la population en dessous de 100.

ADVERTISEMENT

Lorsqu'un bébé naît, les anciens de la tribu sont consultés et ceux qui ont eu une vie longue et bien remplie sont choisis pour mourir. Ils acceptent de mourir en bon père de famille, car cela est considéré comme une reconnaissance du cycle de la vie et un respect pour leurs ancêtres qui leur ont transmis les coutumes et les croyances.

Selon eux, les esprits et le cosmos les guident pour décider de la prochaine mort. On ne sait pas si les personnes choisies meurent naturellement ou comment elles cèdent la place aux nouveaux bébés.

Afrimax English rapporte qu'à un moment donné, leur population a atteint cent (100) personnes, mais que ce chiffre n'a pas duré 24 heures, car il a été considéré comme un sacrilège. On ne sait pas comment cela a été rapidement corrigé.

Comme personne ne sait qui mourra après la naissance d'un enfant pour maintenir la population d'El Molo sous contrôle, ils sont toujours virtuellement sur la corde raide. Il est intéressant de noter que si quelqu'un tombe malade pendant la période de naissance de l'enfant, il ou elle devient agité(e) même s'il ou elle n'est pas celui ou celle qui est désigné(e) pour mourir.

Connus pour être très spirituels et vénérer WAAK/WAHK, les El Molo sont principalement des pêcheurs qui dépendent du lac Turkana pour leur nourriture et leurs moyens de subsistance.

Les sécheresses fréquentes, le manque de terres agricoles, d'eau potable et de nourriture font qu'il est difficile pour leur communauté de contenir davantage de personnes. Il n'est pas certain que cela ait incité leurs ancêtres à plafonner la population qui leur a été léguée.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Diodio Glow Skin: la femme d'affaires livre les clés de sa réussite

Diodio Glow Skin: la femme d'affaires livre les clés de sa réussite

La journaliste Absa Hane porte plainte contre la police nationale

La journaliste Absa Hane porte plainte contre la police nationale

La RDC appelle à des sanctions contre le Rwanda

La RDC appelle à des sanctions contre le Rwanda

Ziguinchor : une technicienne de surface d'Auchan perd la vie dans un accident !

Ziguinchor : une technicienne de surface d'Auchan perd la vie dans un accident !

Cap Skirring : un couple franco-sénégalais tué

Cap Skirring : un couple franco-sénégalais tué

Viol : Dani Alves lourdement condamné

Viol : Dani Alves lourdement condamné

Equipe nationale : Aliou Cissé reste en poste

Equipe nationale : Aliou Cissé reste en poste

Prospère tué à l'UGB, son papa était le chef de village de Cap Skirring

Prospère tué à l'UGB, son papa était le chef de village de Cap Skirring

Pape Guèye en Premier League : une destination surprenante

Pape Guèye en Premier League : une destination surprenante

ADVERTISEMENT