C’est le premier Secrétariat exécutif national (Sen) de l’APR (Alliance pour la république) post-remaniement du 1er novembre dernier et les ministres qui ont perdu leur fauteuil y ont pris part ; en dépit du fait qu'ils aient été considérés comme mécontents, frustrés et même éventuellement sur le départ. Ce n'est pas le cas de l'ex-présidente du Cese (Conseil économique social et environnemental) et non moins cadre de l'APR, Aminata Touré.

«Le Président a salué la présence des responsables du Parti qui n’ont pas été reconduits dans le gouvernement, en rappelant que la réorganisation et l’ouverture constituent un tournant important, qui a entraîné des changements inhérents au fonctionnement de l’Etat qui, aussi douloureux qu’ils puissent être, ne devraient nullement constituer des causes de rupture dans le compagnonnage politique», lit-on dans le communiqué. Mais à qui s’adresse Macky Sall ?

Si le document ne précise pas nommément qui était présent là-bas, il est certain qu'Amadou Ba, Aly Ngouille Ndiaye, Oumar Youm, et Boun Abdallah Dionne ne seront pas du gouvernement dit de «recentrage du dispositif de pilotage de l’action publique», de la «consolidation de la Coalition Benno bokk yaakaar», de «l’ouverture aux autres forces de l’opposition et le rajeunissement des membres de l’équipe». En revanche, s’il y a une personne dont la présence à ce SEN aurait surpris, ce serait Aminata Touré. Et apparemment, en précisant «la présence des ministres non reconduits» et en zappant l’ex-présidente du CESE, on devine que le prédécesseur d'Idrissa Seck n’a pas été à ce rendez-vous des hauts responsables du parti au pouvoir. De bonne guerre, puisque cette dernière avait omis le nom du Président Sall dans ses remerciements au moment de quitter ses fonctions.

Les membres du Sen, indique-t-on, «expriment à l’unanimité, leur soutien total au Président Macky Sall, qui vient d’ouvrir une séquence historique nouvelle dans le cours politique, économique et social de notre pays, marqué par une dynamique toujours en cours, d’un Dialogue national élargi et inclusif».

C'est dire que Mimi Touré est devenue un mouton noir au sein de l'APR, pour qui elle a combattu contre vents et marées.