Birahim Seck s'interroge sur Halliburton

Le coordonnateur du Forum civil se pose des questions sur l'efficacité de la société américaine qui s'emploie à éteindre l'incendie du puits de gaz de Gadiaga et sur le silence des autorités.

Birahim-Seck-s'interroge-sur-Halliburton

La société américaine Halliburton, qui diligente les opérations d'extinction du puits de gaz qui a pris feu depuis décembre 2020 à Ngadiaga, n'arrive toujours pas à maîtriser le feu. L'entreprise spécialisée s'est lancée à l'assaut des flammes depuis le 1er janvier 2021.

Après une première phase réussie, Halliburton peine à franchir la seconde étape, de loin plus délicate. Pis, c'est silence radio sur le sujet depuis.

De quoi se poser des questions sur le coût de ces opérations et la nature du contrat avec l'État du Sénégal. «Halliburton n’a toujours pas éteint le puits de gaz de Ngadiaga. Combien est-il payé ? Halliburton avait-il une obligation de résultats ? D’autres offres étaient-elles sur la table ?», se demande Birahim Seck, coordonnateur du Forum Civil.

Une question qui suggère la nécessité pour les autorités compétentes de rendre compte sur le type de contrat et les montants engrangés. D'autant plus que la presse avait fait état d'une augmentation de la facture initiale.

Halliburton avait connu une réussite dans sa première phase. Mais il avait échoué dans la deuxième qui est la partie la plus délicate. Depuis lors, Petrosen et Fortesa qui sont les deux entreprises concernées par l'exploitation du gaz de Ngadiaga n'ont pas communiqué sur la suite des opérations.

Aujourd'hui, les flammes n'ont rien perdu de leur puissance, même si les autorités avaient écarté tout risque lié à l'environnement dès le début du sinistre. Un discours qui ne rassure guère, vu le caractère spectaculaire de la fumée.

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ PULSE!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn