Ainsi, pour que de tels incidents, qui rendent problématique le respect des principes d’équité et d’égalité des chances, ne se reproduisent aux prochains examens (Bac, BFEM), la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (COSYDEP) livre ses recommandations. Elle recommande aux autorités d’apporter une réponse à l’incident pédagogique constaté, sans porter préjudice aux candidats déjà exténués mais également de tirer toutes les leçons de cette expérience afin que les examens en vue (BAC et BFEM) ne connaissent aucun incident (fuite, fraude, erreurs).

En outre, la COSYDEP exhorte de mettre en œuvre, de façon concrète, l’académisation du système, en particulier l’adaptation du calendrier scolaire et l’organisation du CFEE, en cohérence avec les principes de la déconcentration et de la décentralisation de l’éducation. Aussi, elle demande d’établir un bilan complet de la reprise des enseignements et des résultats des examens certificatifs tout en anticipant sur les difficultés qui pourraient perturber la prochaine année scolaire.

Auparavant, la COSYDEP a rendu un vibrant hommage aux enseignants et élèves. Ces derniers, indique-t-elle, malgré les multiples péripéties, ont pu relever le défi. En effet, outre les conditions périlleuses de voyage des acteurs, un temps d’apprentissage insuffisant, des déplacements difficiles en hivernage, des mesures draconiennes sur le chemin de l’école et à l’école, « ils ont affronté avec courage et détermination les épreuves d’examen ».