Découverte : qu’est-ce qu’un « dôme de chaleur » ? ce phénomène qui provoque des températures étouffantes ?

En cette première quinzaine du mois de juillet 2023, deux dômes de chaleur étouffent respectivement le sud de l'Europe et l'Amérique centrale. Quel est ce phénomène qui fait suffoquer l’hémisphère nord ?

Des européens qui se déshydratent sous une forte canicule

Jusqu’à 48 °C attendus en Sardaigne, 42 °C à Rome, 44 °C en Andalousie… Le thermomètre s’affole en Europe et particulièrement sur le pourtour Méditerranéen où un dôme de chaleur s’est installé ce lundi 17 juillet. L’hémisphère nord, qui suffoque déjà, vit une nouvelle semaine de canicule. Sur le pourtour méditerranéen un dôme de chaleur s’est installé faisant grimper les températures au-dessus des 40 °C en Italie, en Espagne ou encore dans le sud-est de la France.

« Dôme de chaleur ». Si cette expression s'affirme aujourd'hui comme un incontournable des bulletins météo estivaux dans l'hémisphère nord, sa vulgarisation auprès du grand public demeure pourtant relativement récente. « Le terme de dôme de chaleur s'est démocratisé à partir de la canicule qui a sévi au Canada en 2021, lorsque la température dans ce pays avait frôlé les 50 °C », explique Matthieu Sorel, climatologue à Météo France.

  • « Dôme de chaleur » ?

Ce phénomène se met en place « lorsqu’il n’y a pas de mouvement atmosphérique en altitude qui permette d’assurer un brassage suffisant de l’air », poursuit Yann Amice. Résultat, les régions se trouvant sous ce dôme de chaleur vont voir leurs températures augmenter chaque jour un peu plus entraînant des vagues de chaleurs parfois « extrêmes ».

ADVERTISEMENT

Comment prend-il fin ? « Généralement, il faut une dépression assez forte qui va balayer la masse d’air bloquée sous ce « dôme » », expliquait le climatologue Christophe Cassou, co-auteur du 6e rapport du Giec, à Ouest-France en juin 2021 lorsqu’un « dôme de chaleur » s’était installé dans l’ouest de l’Amérique du Nord entraînant des records de température au Canada. Comme dans la ville de Lytton, en Colombie-Britannique où on avait atteint les 47, 9 °C. Un record datant de plus de 80 ans.

  • Tout le pourtour méditerranéen concerné

Le dôme de chaleur qui touche actuellement le sud de l’Europe est « principalement axé sur Alger, la Tunisie et la Sardaigne puis englobe tout le pourtour méditerranéen, en l’occurrence : l’Espagne, le sud-est de la France, la Corse, l’Italie mais aussi par extension la Grèce », détaille Yann Amice. Il devrait rester en place quasiment toute la semaine sur une large partie de la zone.

Alors que l’Europe se réchauffe deux fois plus rapidement que la moyenne mondiale, selon les experts, le changement climatique a-t-il une quelconque influence sur les dômes de chaleur ? Pour Mathieu Sorrel, climatologue à Météo France, si la relation entre la fréquence des dômes de chaleur et le changement climatique ne peut pas clairement s’établir, l’intensité de ces phénomènes sera en revanche exacerbée.

  • De fortes chaleurs attendues mardi

Jusqu’à 48 °C sont attendus en début de semaine en Sardaigne, île italienne de la Méditerranée. De son côté, Rome se prépare à atteindre 42 °C mardi, un record absolu pour la capitale, selon le site météo de l’armée de l’air italienne consulté par l’AFP. En Espagne, l’alerte était même rouge (danger extrême) dès lundi et pourrait s’étendre dès ce mardi sur l’Aragon (nord), la Catalogne (nord-est) et l’île de Majorque (est) où des températures entre 42 °C et 44 °C sont attendues.

Dans l’hexagone, les températures devraient atteindre voire dépasser les 40 °C mardi « sur l’intérieur de la Provence et de la Corse », selon Météo France. En revanche, la grande moitié nord du pays sera relativement épargnée par cette vague de chaleur.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ADVERTISEMENT