« L’exploitation forestière menace la survie de la population rurale » par Vagner Barbosa

En Guinée-Bissau, la vie des populations, notamment dans les zones rurales, est menacée, du fait du défrichement des forêts, selon l'intérêt des acheteurs étrangers qui encouragent la création de réseaux d'abattage illégal d'arbres.

Abattage d'arbres en Guinée-Bissau

De 2012 à 2014, date du coup d'État du 12 avril, a été la période où il y a eu plus de déforestation dans les forêts de Guinée-Bissau, avec des coupes abusives d'arbres à des fins commerciales. Les données gouvernementales indiquent qu'à cette époque, environ 900 000 mètres cubes de forêt du pays ont été abattus par des bûcherons, une statistique démentie par les différentes organisations non gouvernementales travaillant dans le domaine de la protection de l'environnement.

C'est d'ailleurs pour cette raison qu'en 2014, le gouvernement de Guinée-Bissau a approuvé la règle interdisant l'abattage d'arbres en forêt pendant cinq ans. Mais malgré cette mesure gouvernementale, il existe des rapports qui indiquent la continuité de la pratique de l'abattage des arbres dans différentes zones du pays, selon la Commission interministérielle de gestion de Madère.

« L'année dernière, malgré la validité du moratoire, de nombreux arbres ont été abattus dans les différentes provinces de Guinée-Bissau », a informé Malam, un agent forestier, ajoutant qu'après cette pratique de coupe abusive d'arbres et après que l'autorité eut pris connaissance de la situation, il a immédiatement placé des agents de sécurité (Garde nationale) pour contrôler les zones menacées d'abattage d'arbres.

Cependant, selon cet agent forestier, il y a beaucoup de difficulté sur le terrain pour effectuer un travail minutieux de sécurisation et de contrôle des mauvaises herbes, car il n'y a pas assez de matériel ou d'hommes pour contrôler les agents qui pratiquent cet acte, rappelant que la collaboration des villageois dans la dénonciation des groupes de personnes qui déboisent illégalement la forêt, a été saine et décisive dans certaines parties du pays.

En 2020, la période de cinq ans du moratoire, qui interdisait l'abattage effréné d'arbres dans les forêts de Guinée-Bissau, dont l'objectif est de transformer ces arbres en bois à des fins commerciales à l'étranger, a pris fin. Et dans l'intervalle, le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Abel da Silva, a déclaré que le gouvernement ouvrira "un régime spécial" de cinq ans qui permettra aux bûcherons de reprendre la pratique de l'abattage des arbres.

Lorsqu'on lui a demandé si c'était le moment de mettre fin au moratoire, Malam... a dit catégoriquement non, car il y a eu une période où il y avait une campagne incontrôlée de défrichement et qu'à mon avis « le gouvernement devrait prolonger la moratoire encore plus loin pour permettre que les petits arbres puissent pousser davantage », indique l'agent.

Au milieu de tout cela, le ministre de l'Environnement et de la Biodiversité a l'avis contraire de l'agent, expliquant que ledit moratoire "avait plus d'impact d'un point de vue politique que pratique, car précisément à ce moment-là le massacre était incontrôlée, sans la capacité de contrôler par le gouvernement par la pression politique.

Selon la compréhension du fonctionnaire, pour faire face à cette pratique, le gouvernement doit mettre de l'argent de côté dans le secteur de l'environnement, mettre suffisamment de matériel et de ressources humaines pour que les techniciens forestiers et les policiers puissent effectuer une inspection rationnelle de nos ressources forestières.

Albino Cobiana, qui est en charge du rituel du village de Cobiana, secteur canchungo, région de Cacheu, s'inquiète de la situation du défrichement qui menace la vie de la population rurale. Notre reportage racontait le sentiment que les habitants avaient de cette pratique d'abattage d'arbres dans le pays.

"Les arbres qui se trouvent dans les forêts sacrées sous notre contrôle ne peuvent pas être abattus, car ils sont sous la protection d'un chaman, et quiconque essaie de les battre court le risque de tomber malade, c'est peut-être pourquoi cette zone est contrôlée . » explique l'aéronaute.

La destruction de la forêt a des conséquences négatives sur l'environnement, qui représente indirectement une source de survie pour les communautés guinéennes. Si avant l'abattage aveugle du bois il y avait déjà un souci de préservation de l'environnement dû à l'approche du Sahel, maintenant tout est plus compliqué. « Il n'y a plus de barrière et le sable pénètre, un autre aspect est qu'il y a des tabancas qui commencent à être abandonnés par les populations car ils n'ont plus d'eau dans les puits. Il est impossible de vivre, de manger ou de faire du jardinage », se lamente un habitant d'un des tabancas du sud les plus dévastés par la déforestation.

Le reportage a été soutenu par un financement du Pulitzer Center Rainforest Journalism Fund

REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ PULSE!

Autoriser les notifications dans les paramètres du navigateur

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

La liste des bagages interdits à bord du TER

La liste des bagages interdits à bord du TER

Assomption : pourquoi le lundi 16 août n'est pas un jour férié

Assomption : pourquoi le lundi 16 août n'est pas un jour férié

Hausse des prix: la taxe sur le sucre temporairement suspendue [document]

Hausse des prix: la taxe sur le sucre temporairement suspendue [document]

Voyages et loisirs

Tapha Tine vs Boy Niang 2: L'arène nationale retient son souffle!

Tapha Tine vs Boy Niang 2: L'arène nationale retient son souffle!

Keur Mbaye Fall: Un humanitaire français violait des mineurs défavorisés

Keur Mbaye Fall: Un humanitaire français violait des mineurs défavorisés

Sorcellerie : voici le top 5 des pays les plus mystiques d'Afrique

Sorcellerie : voici le top 5 des pays les plus mystiques d'Afrique

Magistrature : Un grand chamboulement en vue

Magistrature : Un grand chamboulement en vue

Afrique de l'Ouest : Plus de 300 jeunes partent travailler en France grâce à Euro Placement !

Afrique de l'Ouest : Plus de 300 jeunes partent travailler en France grâce à Euro Placement !