Tunisie: 2 journalistes maintenus en détention provisoire

Deux journalistes ont été maintenus en détention en Tunisie mercredi, à la suite d'une série d'arrestations visant les détracteurs du gouvernement, y compris les avocats et la presse, qui ont suscité l'inquiétude des alliés internationaux du pays.

Tunisie 2 journalistes maintenus en détention provisoire

Les autorités de ce pays d'Afrique du Nord ont lancé cette semaine une nouvelle campagne de répression contre les opposants présumés au gouvernement du président Kais Saied. L'activiste Saadia Mosbah, le caméraman de France 24 Hamdi Tlili et l'avocate Sonia Dahmani figurent parmi les personnes arrêtées ou détenues ces derniers jours. Selon le Club des correspondants étrangers en Afrique du Nord, Hamdi Tlili a été libéré sans avoir été inculpé.

Mercredi, le journaliste de radio Borhen Bsaies et le chroniqueur d'opinion Mourad Zeghidi ont été maintenus en détention provisoire quatre jours après leur arrestation. Ils sont accusés d'avoir enfreint une loi sur la cybercriminalité interdisant les fausses nouvelles et de porter atteinte à la sécurité de l'État.

L'avocat de M. Bsaies, Nizar Ayed, a déclaré à l'Associated Press que son client avait été interrogé pendant cinq heures au sujet de ses publications sur Facebook et de ses opinions politiques, mais qu'il n'avait pas fourni de preuves claires qu'il avait enfreint la loi ou qu'il avait fait des remarques visant le président. Les critiques à l'encontre du président tunisien sont souvent utilisées par les autorités pour accuser des personnes de porter atteinte à la sécurité de l'État.

ADVERTISEMENT

Khaled Drareni, représentant de Reporters sans frontières pour l'Afrique du Nord, a qualifié ces arrestations d'"attaque frontale contre la liberté de la presse". Dans un communiqué, il a demandé "qu'il soit mis fin à cette grave obstruction qui témoigne du durcissement d'un gouvernement de plus en plus autoritaire".

Les arrestations politiques sont de plus en plus fréquentes depuis l'arrivée au pouvoir du président Kais Saied il y a cinq ans, mais la fréquence des événements de cette semaine a ravivé la peur en Tunisie et alarmé les alliés internationaux du pays. L'Union européenne, premier partenaire commercial de la Tunisie, a adressé mardi une rare réprimande aux autorités tunisiennes, qualifiant ces arrestations d'inquiétantes.

"Les libertés d'expression et d'association, ainsi que l'indépendance du pouvoir judiciaire, sont garanties par la Constitution tunisienne et constituent la base de notre partenariat", a déclaré son porte-parole dans un communiqué.

Le porte-parole du département d'État américain, Vedant Patel, a déclaré à la presse que les États-Unis avaient pris contact avec la Tunisie au sujet des arrestations, en particulier celles des avocats. "Ce type d'action est incompatible avec ce que nous pensons être des droits universels explicitement garantis par la constitution tunisienne, et nous avons été clairs à ce sujet à tous les niveaux", a-t-il déclaré.

La Tunisie est un allié clé des États-Unis et de l'Union européenne sur des questions allant de la sécurité à la migration en Méditerranée.

Ces arrestations sont les dernières effectuées en vertu d'une loi controversée sur la cybercriminalité, le décret 54, que les autorités utilisent pour poursuivre d'éminents opposants politiques depuis 2022... Un nombre croissant de groupes, y compris le plus grand syndicat du pays et son affilié qui représente les journalistes, ont condamné la loi et les arrestations.

L'Union générale des journalistes a déclaré mardi que la loi était utilisée pour étouffer la liberté d'expression et l'a qualifiée d'"épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête des journalistes". Les deux journalistes risquent une amende et cinq ans de prison s'ils sont reconnus coupables par le tribunal la semaine prochaine.

Ces arrestations s'inscrivent dans le prolongement du premier mandat tumultueux de M. Saied, à quelques mois d'une élection présidentielle qui n'a pas encore été programmée et qui devrait avoir lieu à l'automne. Les principaux partis d'opposition devraient boycotter le scrutin.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Kinkéliba : vertus et bienfaits de cette plante africaine

Kinkéliba : vertus et bienfaits de cette plante africaine

Ngor : une bande tombe avec 28 cornets de chanvre indien

Ngor : une bande tombe avec 28 cornets de chanvre indien

Pour vol en réunion : Ibrahim Ngom et Cheikh Fall risquent 5 ans de prison ferme

Pour vol en réunion : Ibrahim Ngom et Cheikh Fall risquent 5 ans de prison ferme

Officiel : Flick nommé nouvel entraîneur du FC Barcelone

Officiel : Flick nommé nouvel entraîneur du FC Barcelone

Senelec Maristes : un vigile meurt en plein service

Senelec Maristes : un vigile meurt en plein service

Sénégal vs RDC (Mondial Q') : les prix des billets dévoilés

Sénégal vs RDC (Mondial Q') : les prix des billets dévoilés

Annulation de la dette fiscale des entreprises de presse : il n'y a jamais eu de décret

Annulation de la dette fiscale des entreprises de presse : il n'y a jamais eu de décret

Yacine Diop (basketteuse) : j'ai été maraboutée

Yacine Diop (basketteuse) : "j'ai été maraboutée"

Meurtre du « lébou blanc » : deux suspects arrêtés

Meurtre du « lébou blanc » : deux suspects arrêtés

ADVERTISEMENT