Dans un communiqué , les syndicalistes, en grève depuis le 15 juin, exigent ’’l’accès à la jouissance des droits qu’ils ont acquis par des décrets dûment signés par le président de la République et par un protocole d’accord’’ signé le 17 octobre 2018 avec le gouvernement.

Pour le syndicat, ’’la non mise en œuvre de ces décrets et le refus de matérialiser le protocole d’accord pose un problème de sécurité juridique qui sape les principes de base de l’Etat de droit au Sénégal’’.

Il ajoute que ’’cette situation devrait alarmer tous les citoyens et le gouvernement sénégalais qui doivent veiller ensemble au respect des principes fondamentaux de droit et de vérité, gage de paix et de Justice de la nation’’.