Menace sur le climat : Le Sénégal court un danger avec le projet gazier de Bp

Un demi-kilomètre sous la surface de l’océan Atlantique, s’étant le long de la Mauritanie et jusqu’au Sénégal, se trouve un écosystème de 100 mètres de haut et de 580 kilomètres de long, et qui a mis environ 200 000 ans à se développer. Les scientifiques pensent qu’il s’agit du plus grand récif d’eau froide connu au monde. Dans les mers qui l’entourent, des espèces de requins , de tortues et de baleines menacées ou vulnérables sont probablement présentes- et les oiseaux d’eau s’arrêtent pour se nourrir pendant leur voyage le long de l’un de leurs principaux couloirs de migration mondiaux.

petrole-et-gaz-entre-le-senegal-et-la-mauritanie-

En bordure de cet écosystème, Bp développe un nouveau gisement de gaz à 2,7 Km sous la surface, une profondeur encore jamais tentée en Afrique. La construction est déjà en cours, avec la première phase de 20 ans approuvée il y a deux ans dans un accord entre Bp et ses partenaires- Kosmos Energy, les compagnies pétrolières nationales Petrosen et Smhpm, et les gouvernement sénégalais et mauritanien. Le premier gaz est attendu dans deux ans.

Si ces nouveaux projets se concrétisent pleinement, Bp devrait récupérer environ 40 000 milliards de pieds cubes (Tcf) de gaz dans la région, selon les estimations “conservatrices” des analystes Rystad Energy. Une fois brûlé, ce gaz créerait environ 2,2 milliards de tonnes métriques d’émissions de CO2, soit l’équivalent de 0,3 à 1% du budget carbone mondial restant pour maintenir le réchauffement à moins de 1,5 °C. Bp a refusé de commenter cette estimation ou de fournir à Unearthed sa propre estimation des émissions de portée 3 de ces projets s’ils sont approuvés, mais a confirmé que les émissions de la première phase de GTA et de toute autre étape ou projet approuvé seront comptabilisées dans leurs objectifs de réduction des émissions.

Mais les scientifiques et les experts contactés par Unearthed ont averti que les projets de Bp en Afrique de l’Ouest pourraient présenter des risques pour les “écosystèmes extrêmement riches” à proximité, ainsi que pour le climat. Mohamed Adow, Directeur de Power Shift Africa, un groupe de réflexion basé à Nairobi, a déclaré un Unearthed : “les combustibles fossiles, y compris le gaz, constituent une menace majeure pour la sécurité alimentaire de l’Afrique, la sécurité de l’eau, la santé publique et et finiront par saper nos moyens de subsistance et notre développement. Nous ne pouvons pas excuser une entreprise comme Bp, qui, à un moment où elle semble prendre le changement climatique plus au sérieux, finance simultanément un projet qui pourrait finir par avoir un impact important sur l’empreinte carbone et l’avenir de l’Afrique”.

ADVERTISEMENT

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

Suspendu pour dopage, l'énorme fortune que va perdre Paul Pogba

Suspendu pour dopage, l'énorme fortune que va perdre Paul Pogba

Le Sénégal éliminé en 8e, Aliou Cissé va passer aux aveux

Le Sénégal éliminé en 8e, Aliou Cissé va passer aux aveux

Agression de MNF: une autre journaliste alerte sur sa sécurité

Agression de MNF: une autre journaliste alerte sur sa sécurité

Kaolack : un corps sans vie découvert dans un puits !

Kaolack : un corps sans vie découvert dans un puits !

Le Kenya et Haïti signent un accord pour l'envoi de policiers dans l'île

Le Kenya et Haïti signent un accord pour l'envoi de policiers dans l'île

Haïti : Port-au-Prince subit la violence des gangs !

Haïti : Port-au-Prince subit la violence des gangs !

Tribunal de Commerce de Dakar : les contentieux en chiffres !

Tribunal de Commerce de Dakar : les contentieux en chiffres !

Naufrage à Saint-Louis : des migrants étaient attachés dans la pirogue

Naufrage à Saint-Louis : des migrants étaient attachés dans la pirogue

Chavirement d’une pirogue à Saint-Louis : six individus arrêtés

Chavirement d’une pirogue à Saint-Louis : six individus arrêtés

ADVERTISEMENT