Idy en mission impossible ? [Opinion du Contributeur]

Si près de deux ans après son ralliement à la mouvance présidentielle, Idrissa Seck continue d’expliquer son choix, c'est sans doute parce que la pilule ne passe pas.

Idrissa Seck (président du CESE)

Jusqu'ici les arguments développés n'ont pas convaincu nombre de Sénégalais qui continuent de soutenir que la « mburusowisation » (alliance entre Macky et Idy) est une alliance contre-nature véritable négation de la constance, aux antipodes d’une ligne de conduite qui avait valu à Seck une deuxième position à la présidentielle de 2019.

Et les résultats des locales de janvier 2022 illustrent assez un certain désamour. Idy qui perd jusque dans son bureau de vote et est hué le jour du vote. La cassure est large. Son principal défi est de faire de telle sorte que les élections législatives de juillet 2022 ne soient pas une répétition de la débâcle de janvier 2022.

C’est là où le bât blesse car, le même discours peut entraîner les même conséquences fâcheuses. Et l’actuel président du Conseil économique social et environnemental (Cese), ne compte manifestement pas changer. Sa sortie lors de la fête de la Korité le montre assez. Le voilà qui évoque encore « une conjoncture mondiale qui menace la stabilité de notre pays » et « une posture responsable ». Une ligne qui ne manque pas de limites si l’on sait que la démocratie est aussi nourrie par une opposition un des véritables piliers d’un système qui consacre les différences et permet à ceux qui gouvernent de se réajuster pour l’intérêt général.

Et que le « moins pire des systèmes », n’est fort que dans les contradictions salvatrices qui abhorrent tout unanimisme. Même dans les pires crises, il est dangereux pour un pays de se passer d’opposition qui doit jouer pleinement son rôle de contre-pouvoir en toute responsabilité, tout en acceptant les compromis différents des compromissions odieuses qui tuent.

Il faudrait encore beaucoup d’énergie, beaucoup d’efforts à l’ex-maître de Thiès pour retourner la situation actuelle en sa faveur s’il ne change pas les éléments de langage, s’il ne reconnaît pas ses contradictions apparentes et s’engage à changer de ligne de conduite. Mission quasi-impossible de la « station » actuelle où il se trouve. Toutefois, la politique ici et ailleurs demeure un véritable monde d’énigmes et d’incertitudes.

Recevez nos Top Stories dans votre boîte de réception

Bienvenue dans la communauté Pulse! Nous vous enverrons sur une base quotidienne les dernières nouvelles sur l'actualité le divertissement et plus encore. Ne ratez rien! Rejoignez-nous sur toutes nos autres chaînes - Restons connectés!

Témoin d'un événement? Contactez-nous directement sur nos réseaux sociaux ou via:

Email: temoin@pulse.sn

ARTICLES SUGGÉRÉS

 Gabrielle Kane avertit: 'Les pressions et menaces, je n'y céderai pas'

Gabrielle Kane avertit: 'Les pressions et menaces, je n'y céderai pas'

UCAD: la rentrée reportée au 10 Octobre

UCAD: la rentrée reportée au 10 Octobre

Top 6 des joueurs avec 100 victoires en sélection, le N°6 est une surprise !

Top 6 des joueurs avec 100 victoires en sélection, le N°6 est une surprise !

Vous allez jeter votre téléphone après avoir lu cet article !

Vous allez jeter votre téléphone après avoir lu cet article !

Vague de soutien à Richarlison, victime d'un geste raciste lors de Brésil-Tunisie

Vague de soutien à Richarlison, victime d'un geste raciste lors de Brésil-Tunisie

Bamako se méfie de Dakar [Opinion du Contributeur]

Bamako se méfie de Dakar [Opinion du Contributeur]

Ce ministre a été grugé de 400.000 FCFA

Ce ministre a été grugé de 400.000 FCFA

Plainte pour viol : Kalifone déféré !

Plainte pour viol : Kalifone déféré !

Nasser al-Khelaïfi au cœur d'un nouveau scandale

Nasser al-Khelaïfi au cœur d'un nouveau scandale